Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com

René Bonnat (1878-1945), archiviste des « hôpitaux militaires fermés » (1917-1919).

1 Septembre 2013 , Rédigé par François OLIER Publié dans #recherche archives documentation, #les hommes

J’ai déjà proposé dans ce blog un article de synthèse sur les services d’archives des hôpitaux militaires dans la guerre 1914-1918 organisés, de 1917 à 1919, au sein des directions régionales du service de santé. Je vais poursuivre cette thématique en proposant, au fil des semaines, des « éléments biographiques » de bibliothécaires et d’archivistes-paléographes affectés dans ces services militaires méconnus. La première notice concerne l’archiviste René Bonnat (1878-1945) qui organisa, dès mars 1917, le service d’archives médicales de la 12e région militaire à Limoges et dont le parcours hors du commun mérite d’ouvrir cette galerie de personnalités qui sont à l’origine de la constitution des fonds détenus par l’actuel service des archives médicales et hospitalières des armées(SAMHA) de Limoges, organisme de recherche tout particulièrement sollicité à la veille du Centenaire de 2014.

Eléments biographiques :

René Bonnat est né à Limoges le 20 avril 1878. Il entre à l’Ecole des Chartes en 1897 et en sort diplômé en 1901 ; sa thèse porte sur Nicolas de la Reynie (1667-1697), le lieutenant de police de Louis XIV. A sa sortie des Chartes, en 1901, il est affecté en qualité d’archiviste départemental du Lot-et-Garonne à Agen. C’est dans cette position que le trouve la Grande Guerre.

Je n’ai pas eu accès à son dossier matricule et ne peut préciser l’ensemble de son parcours de 1914 à 1918… Les archives départementales du Lot-et-Garonne détiennent un fonds privé le concernant qui permettrait probablement d’en apprendre plus sur « sa Guerre » (cote 90J, articles 90J1, 90J2 et 90J17).

Les quelques éléments en ma possession sur sa courte carrière d’archiviste au sein du service de santé militaire ont été glanés dans les fonds documentaires du Val-de-Grâce (carton 551) : René Bonnat, classe 1898 – service auxiliaire – soldat en 1917 à la 12e section d’infirmiers militaires de Limoges. Il est mis pour emploi à l’hôpital mixte de Limoges où il sert en qualité « d’infirmier masseur ». Il est signalé à l’Administration centrale du service de santé comme étant susceptible de prendre en charge le service des archives du service de santé de la 12e région militaire, en cours de mise sur pied. Il rejoint son nouveau poste en avril 1917. Dès le 6 avril 1917, son dépôt installé à un kilomètre de la direction, dans les locaux de l’hôpital complémentaire n°49 du Mas Loubier, est signalé comme étant « en voie de complète exécution ». C’est dans ce cadre qu’il classe les archives médicales des hôpitaux militaires fermés avant leur transfert, en novembre 1917, à Limoges au 20 rue Manique. Les locaux du Mas Loubier quant à eux seront cédés au service de santé de l’armée américaine. Il exercera à Limoges jusqu’à sa démobilisation.

A sa prise de fonction, en avril 1917, pour les seuls hôpitaux bénévoles de la 12e région militaire dont 159 sont immatriculés par la direction régionale de Limoges, 111 sont fermés et 48 restent ouverts. Sur les 111 hôpitaux bénévoles fermés : 48 ont versés leurs archives ; 10 n’ont jamais fonctionné ; 32 n’ont pas d’archives ou ces dernières sont confondues avec celles des institutions fondatrices ; 21 n’ont pas répondu à l’enquête de l’archiviste…

De retour à Agen il y exerce jusqu'à sa retraite d’archiviste du Lot-et-Garonne en 1938. Nommé maire d’Agen, en 1941, par le régime de Vichy ; il refuse la passivité devant l’occupant allemand et sa « chasse » aux Juifs. Arrêté dans la nuit du 8 au 9 juin 1944, il est transféré à Toulouse puis Compiègne avant d’être déporté au camp de Neuengamme, près de Hambourg (18 juillet 1944). Son douloureux périple ne s’arrête pas là, puisque face à l’avance des Alliés, les Nazis le transfèrent à la forteresse de Theresienstadt puis à Breschau en Tchécoslovaquie où il décède du typhus exanthématique le 27 mai 1945. L’Europe est en Paix depuis peu.

Pour en savoir plus :

SAMARAN Charles, Nécrologie, dans Bibliothèque de l’Ecole des Chartes (chronique), 1946, 106, n°106-2, p. 426-428.

Archives départementales du Lot-et-Garonne, Agen, fonds privé 90 J.

A PARAITRE EN OCTOBRE 2013 : Le tome 4 des Hôpitaux militaires dans la Guerre de 1914-1918, France sud-est.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article