Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com

Livre - Je vous écris de mon hôpital...

19 Décembre 2012 , Rédigé par FO Publié dans #varia, #les hommes

Livre - Je vous écris de mon hôpital...

SORTIE 2011

Christophe Dargère (textes recueillis et commentés, par). Je vous écris de mon hôpital… Destins croisés de six soldats ligériens blessés pendant la Grande Guerre. Paris : éd. L’Harmattan, 2011, 157 p.

L’auteur, docteur en sociologie, chargé de cours au centre universitaire de Roanne nous propose un ouvrage très émouvant dans lequel six blessés racontent l’horreur du front au quotidien dans une étude qui a été réalisée à partir de la correspondance brute de six militaires ligériens dont un officier. Dans une première partie intitulée « Les hommes et leurs destins », il nous présente ces « héros » communs de la Grande Guerre : Etienne Chabry, du 2e Zouaves (blessé en 1914), Joseph Duperron, du 278e régiment d’infanterie (RI) de Limoges (blessé en 1917), Pierre Montélimard, du 216e RI de Monbrison (blessé en 1914), Benoît Desseigné du 5e régiment d’infanterie coloniale de Lyon (blessé en 1917), Joseph Devaux du 104e RI de Roanne (Malade ou blessé, en 1915, 1916, 1917 et 1918) et Louis Brunel du 86e RI du Puy (blessé en 1916). Il nous relate, à l’aide des lettres adressées aux familles, leurs heures d’angoisse feutrée pour ne pas inquiéter leurs proches, leur cheminement parfois chaotique (Desseigné) jusqu’à l’hôpital. La seconde partie, qui traite de l’univers hospitalier, permet à notre blessé de retrouver son « visage de l’arrière » en abandonnant celui des « zombies du front ». C’est l’occasion pour l’auteur de s’essayer à des « Réflexions sur l’hospitalisation du Poilu » qui ne nous apprennent que bien peu en matière d’histoire hospitalière sur les différents sites fréquentés, d’Evreux à Paderborn en Westphalie, mais qui se révèlent toutes de finesse dans la compréhension du Poilu, pour lequel, la blessure, la « bonne blessure » est un véritable « brevet de vie » lui permettant de savourer son séjour à l’hôpital, le « seul endroit où l’on se retrouve bien »… Dans sa préface, Jean-Paul Nomade, l’éminent historien roannais, souligne, en toute amitié, que Christophe Dargère l’historien s’est effacé devant Christophe Dargère le sociologue. Je suis bien de son avis !

Réflexions sur l’hospitalisation du Poilu (p. 132-146) : Redécouvrir l’univers féminin – Propreté et reconstruction identitaire – Panser les plaies et les traumatismes – le symbole des draps blancs – la douceur du lit – Le lit, un espace refuge – le lit un espace privé.

Hôpitaux et ambulances d’accueil : hôpital temporaire n°5 d’Evreux – hôpital auxiliaire n°5 de Saint-Genis-Laval – lazarett du Kaiserhof de Paderborn (Westphalie, All.) – hôpital temporaire n°25 de Nantes – hôpital de Plessé, « où le soir on va dans les villages boire quelques petits canons pour nous remettre la tête rouge, elle était devenue pâle » - hôpital complémentaire n°10, casino de Vittel – hôpital mixte de Tulle – hôpital complémentaire n°34 de Tulle – hôpital militaire de Chambéry et ses annexes Jules-Ferry et du Bocage – hôpitaux d’évacuation (HOE) de Courlandon (1917) et de Mont-Notre-Dame (1918) et les ambulances n°222 de Tricot et n°12/1 de Cayeux en Santerre.

La Guerre de 1914-1918 : +

Histoire du service de santé militaire : +

Histoire locale :

Histoire hospitalière :

Le blessé, l'aventure humaine : +++

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article