Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com

GUS BOFA… ADIEU AUX ARMES

30 Novembre 2014 , Rédigé par François OLIER Publié dans #varia

 l'ouvrage d'Emmanuel Pollaud-Dulian : GUS BOFA, l'enchanteur désenchanté, aux éditions Cornélius.
l'ouvrage d'Emmanuel Pollaud-Dulian : GUS BOFA, l'enchanteur désenchanté, aux éditions Cornélius.

GUS BOFA après le 41e Festival d’Angoulême est de retour à Paris…

J'ai déjà clamé, claironné dans le blog toute mon admiration pour l’auteur de « Chez les Toubibs »… Aujourd’hui c’est l’occasion pour les Parisiens de se rendre en procession à la mairie du 17e arrondissement pour communier avec les amoureux de l’œuvre de ce grand faire-valoir du service de santé militaire de 1914-1918.

Exposition du 26 novembre 2014 au 31 janvier 2015 - Gus Bofa : l’adieu aux armes.

- « Gus Bofa (Gustave Blanchot de son véritable nom) – né en 1883 et mort en 1968 – fut, pour Pierre Mac Orlan « le meilleur interprète du fantastique social ». (…) Toute l’œuvre de Bofa est marquée par son expérience du Front durant la Première Guerre Mondiale. Mobilisé à 31 ans, grièvement blessé, il revient chez lui « à l’état de mutilé translucide et décoloré », titulaire de la Croix de Guerre et de la Médaille Militaire. Les souffrances et les peurs endurées au combat et à l’hôpital nourrissent chez lui un pessimisme profond et une vision désabusée de la condition humaine… »

Du lundi au vendredi de 9 h à 17 h ; jeudi de 9 h à 19 h ; samedi de 9 h à 12 h.

Visites guidées par le commissaire de l’exposition

les mercredis 17 décembre 2014, 13 et 20 janvier 2015 à 15h00

Présentation de l’exposition au Festival d’Angoulême :

http://www.bdangouleme.com/387,gus-bofa-l-adieu-aux-armes

Emmanuel Pollaud-Dulian, auteur de la somptueuse biographie : « Gus Bofa, l’enchanteur désenchanté », dédicacera son livre dimanche 7 décembre, à partir de 14 h, dans le cadre de la Journée du Livre à la mairie du 17e.

Dans ce monumental ouvrage, oeuvre de huit années de travail on y retrouvera de magnifiques pages sur la Grande Guerre de Bofa et ses dessins, aujourd'hui « objets de vénération », extraits de la Baïonnette, en pleines pages couleur…

'' (…) Le bel ouvrage est constitué d'un tiers de dessins entièrement inédits et plus de la moitié des oeuvres reproduites le sont à partir des originaux. (…) Né en 1883, mort en 1968, Gus Bofa a traversé deux siècles, vécu deux guerres mondiales et vu les débuts de l’automobile, de l’aviation et de la conquête spatiale. Au fil de cinquante ans de carrière, et au gré de sa fantaisie, cet artiste autodidacte dessine pour la presse, réalise des affiches publicitaires, écrit des articles et des contes, des revues et des pièces de théâtre, se fait critique dramatique et littéraire, fonde un Salon artistique, et illustre plus d’une cinquantaine de livres. Après avoir mis en images le fantastique social de Pierre Mac Orlan et donné sa vision personnelle, parfois acide, des grands classiques, il associe ses propres textes et ses dessins dans une suite d’albums souvent introspectifs, toujours désillusionnés. Respecté de ses contemporains pour son talent et son intransigeance, Gus Bofa, qui a influencé nombre d’auteurs de bande dessinée, n’en est pas moins aujourd’hui oublié du public. Cette biographie, la première qui lui soit consacrée, tente de percer le mystère de l’homme et de l’artiste, en le mettant en scène dans sa vie, son métier et son époque…. »

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article