Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com

A2 - Précis d'Organisation et de Fonctionnement relatif aux hôpitaux militaires (1914-1918)

A2 - Précis d'Organisation et de Fonctionnement relatif aux hôpitaux militaires (1914-1918)

Précis d'organisation et de fonctionnement

Chaque volume (hormis le tome 3) comprend un Précis alphabétique qui synthétise les connaissances en matière d'organisation et de fonctionnement de l'hospitalisation militaire en 1914-1918. Dans ce Précis, actualisé à chaque volume, sont prises en compte de nouvelles entrées développées dans les dossiers thématiques.

ASSISTANCE AUX CONVALESCENTS MILITAIRES (ACM) — ADJOINT TECHNIQUE (auprès des directions régionales du service de santé) appelé aussi ADJOINT TECHNIQUE REGIONAL — AMBULANCE LOCALE — ANGLAIS (hospitalisation des) — ANNEXE — BACTERIOLOGIE (laboratoires de) — BELGES (hospitalisation des) — CARDIOPATHIE (centre de spécialites) — CARTE POSTALE SANITAIRE (voir la notice ci-après à titre d'exemple) — CENTRE SPECIAL DE REFORME (CSR) — COMMISSION DE COORDINATION DES SECOURS VOLONTAIRES — COMMISSION POUR L’EXAMEN RAPIDE DES LOCAUX — COMMUNAL (HOPITAL) — CONSEILLER TECHNIQUE REGIONAL — CONTAGIEUX (HOPITAL DE) — CONTROLE — DEPOT D’ECLOPES ET DE BLESSES LEGERS — DEPOT DE CONVALESCENTS — DERMATOLOGIE (centre de spécialités) — DIVERTISSEMENTS — DIVISION voir : Annexe, Filiale, Division, hôpital autonome, hopital secondaire – ETAT DECADAIRE voir infra : Situation hospitalière – ETATS-UNIS D’AMERIQUE (Service de santé militaire des) — EVACUATIONS (zones d’) — EVACUATIONS INDIVIDUELLES — EVACUATIONS SECONDAIRES COLLECTIVES — EVJ, « TRAIN D’EVACUATION JOURNALIER » : « TRAIN NAVETTE », « TRAIN DE RAMASSAGE QUOTIDIEN » OU « TRAIN DE RAVITAILLEMENT QUOTIDIEN » — FILIALE voir : annexe, tributaire – FISTULEUX (soins et services de) — FOURGON CANTINE DE TRAIN SANITAIRE — FOURGONS « RIVIERE » DE TRAIN SANITAIRE – FRANCHISE POSTALE SANITAIRE voir : CARTE POSTALE SANITAIRE — FUSION (d’hôpitaux) — GRIPPE « ESPAGNOLE» AUX ARMEES (pandémie de) — HOPITAL AUTONOME (HAU) — HOPITAL AUXILIAIRE (HA) — HOPITAL BENEVOLE (HB) — HOPITAL CIVIL (H) voir OACM – HOPITAL COMMUNAL voir : hôpital bénévole, hopital municipal, hôpital indépendant – HOPITAL COMPLEMENTAIRE (HC) — HOPITAL DE COUVERTURE — HOPITAL DEPOT DE CONVALESCENTS (HDC) voir : Dépôt de Convalescents, Centre Spécial de Réforme – HOPITAL INDEPENDANT voir : hôpital bénévole, hôpital communal – HOPITAL MIXTE (H) OU MILITARISE — HOPITAL MUNICIPAL voir : hôpital bénévole, hopital communal, hôpital indépendant – HOPITAL PERMANENT — HOPITAL PRIVE voir : hôpital bénévole – HOPITAL SANITAIRE voir : Tuberculose, HOPITAL COMPLEMENTAIRE – HOPITAL SECONDAIRE voir : Annexe, Hôpital Autonome, Filiale, Division – HOPITAL TEMPORAIRE (HT) — HOPITAL THERMAL OU D’EAUX MINERALES voir : Hôpital complémentaire – HOPITAL TRIBUTAIRE voir : annexe, filiale – HOSPITALISATION – HOE - HOSPITALISATION CHEZ L’HABITANT voir : Hôpital Autonome, Hôpital auxiliaire, Hôpital bénévole – INDEPENDANT (HOPITAL) voir : Hôpital bénévole – INDIGENES (Hospitalisation des), DE L’AFRIQUE DU NORD, DE L’AFRIQUE NOIRE (SENEGALAIS, MALGACHES, ETC.), DE L’INDOCHINE – INFIRMERIE DE GARE (zones des armées et de l’intérieur) – INFIRMERIE REGIMENTAIRE — INSPECTEUR ADMINISTRATIF — INSPECTEUR EN MISSION PERMANENTE — INSTRUCTION PUBLIQUE ET HOSPITALISATION — INTERNEMENT (BLESSES, PRISONNIERS DE GUERRE) voir : Prisonniers de guerre français rapatriés – ITALIENS (Hospitalisation des) — LISTE NOMINATIVE OU SITUATION NOMINATIVE — MARINE (service de santé de la) — MECANOTHERAPIE — MUNICIPAL (HOPITAL) voir : Hôpital bénévole – NEUROLOGIE (centre de spécialités) — NEUTRALITE DES TRAINS SANITAIRES (signalisation) – OEUVRE D’ASSISTANCE AUX CONVALESCENTS MILITAIRES (OACM) OU OAC OU ACM — OPHTALMOLOGIE, AVEUGLES ET CECITE (centre de spécialités) — ORTHOPEDIE (centre de spécialités) — OTO-RHINO-LARYNGOLOGIE (centre de spécialités) — PALUDISME (centre de spécialités) — PHARMACIEN ADJOINT – PHYSIOTHERAPIE (centre de spécialités) — PLAQUE INDICATRICE (de destination pour train sanitaire) – POCHETTE-FICHE D’EVACUATION (pour train sanitaire) – POLONAIS (Hospitalisation des) — PORTUGAIS (Hospitalisation des) — PRISONNIERS DE GUERRE ALLEMANDS — PRISONNIERS DE GUERRE FRANÇAIS RAPATRIES (blessés et malades) – PRISONNIERS MILITAIRES FRANÇAIS — PSYCHIATRIE (centre de spécialités) — PSYCHONEVROPATHIE, PITHIATISME – RADIOLOGIE — RAPATRIES (BLESSES) voir : PRISONNIERS DE GUERRE FRANÇAIS RAPATRIES — RAPATRIES (CIVILS) voir : REFUGIES ET RAPATRIES CIVILS (hospitalisation des) – REEDUCATION FONCTIONNELLE, APPAREILLAGE, APPAREILS PROTHETIQUES (centre de spécialités) — REFORME (catégorisation) — REFORME TEMPORAIRE N°1 (RT1) — REFORME TEMPORAIRE N°2 (RT2) — REFORME DEFINITIVE N°1 (RD1) — REFORME DEFINITIVE N°2 (RD2) — REFUGIES ET RAPATRIES CIVILS (Hospitalisation des) — REGIME EXCEPTIONNEL DES EVACUATIONS – REGULATRICE SANITAIRE (zones des armées et de l’intérieur) – RESERVE D’HOPITAUX TEMPORAIRES ET AUTRES.. (Mise en réserve) voir HISTORIQUE DE L’HOSPITALISATION MILITAIRE, dans le tome 1 – ROUMAINS (Hospitalisation des) — RUSSES (Hospitalisation des) — SECTEUR HOSPITALIER — SERBES (Hospitalisation des) — SITUATIONS HOSPITALIERES ETAT DECADAIRE. COMPTE-RENDU GENERAL DE L’HOSPITALISATION DEPUIS LE DEBUT DES HOSTILITES — SPECIALITES (centres de, généralités) voir : cardiopathie, dermatologie, électrothérapie, fistuleux, gazes, mécanothérapie, neurologie, ophtalmologie, orl, orthopédie, paludisme, physiothérapie, psychiatrie, rééducation fonctionnelle, radiologie, stomatologie, thermalisme, tuberculose, etc. – STATISTIQUE MEDICO-CHIRURGICALE DE L’ARMEE — STOMATOLOGIE (centre de spécialités) — TCHECOSLOVAQUES (Hospitalisation des) — THERMALISME (centre de spécialités) voir : hôpital thermal – TRAINS SANITAIRES (TS) : ALIMENTATION DANS LES TS — CARNET DE PASSAGE, DANS LES TS — CENTRE DE DESINFECTION DES TS — MARCHE « EXPRESS » DES TS — « NAVETTE » OU « TRAIN DE RAMASSAGE QUOTIDIEN — TS « ROUGES » — TRIBUTAIRE (HOPITAL) voir : annexe — TUBERCULOSE (centre de spécialités) — VOIE FERREE DE 0 M. 60 (transport sanitaire par) — VOIE METRIQUE (chemin de fer à) — WAGON-RESTAURANT (de train sanitaire) — ZONE DES ARMEES : HOSPITALISATION (Principes) — ZONE DES ARMEES : ESSAI DE DELIMITATION DE LA ZONE DES ARMEES.

A titre d'exemple voici un extrait du Précis d'organisation et de fonctionnement :

CARTE POSTALE SANITAIRE — La franchise postale des troupes en campagne est maintenue aux militaires et marins blessés pendant tout le temps qu’ils demeurent dans les hôpitaux (art. 2 et 3 de la loi du 30 mai 1871). Le décret du 3 août 1914 porte concession de la franchise postale pour le courrier des militaires mobilisés et celui du 19 août 1914 autorise la fabrication, par l’administration des Postes, de cartes postales de correspondance gratuites au profit des militaires en activité — En complément du courrier personnel des blessés, le service de santé et le commandement mettent en place une carte d’information officielle au profit des blessés hospitalisés appelée : carte postale sanitaire (descriptif sommaire) : Au recto en sus des éléments d’identification du blessé, la mention ci-après, ajoutée et soulignée sur certaines cartes : « Cet avis sert de sauf-conduit pour pénétrer dans la zone de l’armée ». Au verso : Bulletin de santé d’un militaire en traitement. « Ce bulletin destiné à la famille doit être envoyé avec l’accord de l’intéressé et à la personne désignée par lui. Il doit être établi et expédié chaque semaine par les soins du médecin traitant ». Autre mention ajoutée sur d’autres types de cartes au verso : « Les familles indigentes peuvent être reçues à la Maison des Parents de blessés militaires moyennant 2 fr. 50 par jour, logement et nourriture compris ». — Toutes les formations hospitalières du territoire font parvenir à la famille du blessé, dès son entrée et hebdomadairement, une carte postale sanitaire (circ. n° 6 742-C/7 du 30 août 1914). — Envoi d’exemplaires de la carte postale sanitaire avec spécimen (DM n° 7 373-C/7 du 10 septembre 1914) — Rappel des instructions relatives à l’envoi de la carte postale sanitaire (circ. n° 9 385-C/7 du 26 septembre 1914) — Rappel des instructions concernant la carte postale sanitaire (circ. n° 10 327-C/7 du 6 octobre 1914) — Instruction concernant l’envoi de la carte postale sanitaire (circ. n° 14 322-C/7 du 12 novembre 1914) — Veiller à l’envoi des listes nominatives et des cartes postales sanitaires (circ. n° 14 909-C/7 du 17 novembre 1914) — Se faire délivrer par l’administration des Postes un reçu des envois de cartes postales sanitaires. Ces reçus sont transmis à la 7e direction (circ. n° 15 156-C/7 du 19 novembre 1914) — La carte postale sanitaire pour les soldats belges doit être adressée à la Croix-Rouge de Belgique aux bons soins de la Croix-Rouge de Hollande à La Haye (circ. n° 17 328-C/7 du 7 décembre 1914) — Les cartes postales sanitaires doivent être adressées par les hôpitaux dépôts de convalescents (circ. n° 18 171-C/7 du 14 décembre 1914) — Pour bénéficier de la franchise postale, l’origine militaire des lettres devait être « évidente et indiscutable. Pour l’établir, il importe que ces correspondances soient remises au service postal par l’intermédiaire des vaguemestres, qui, apposeront sur la suscription le cachet du régiment ou de l’hôpital, dont l’empreinte garantira la remise des lettres en franchise ». (note n° 6804-4/II de l’EMA du 24 décembre 1914, reprise par le circ. n° 438-2/7 du 13 janvier 1915) — L’EMA attirait, le 8 septembre 1915, l’attention des régions militaires sur l’abus d’utilisation de la franchise postale par « un grand nombre de personnes attachées à des titres divers (médecins civils, infirmiers volontaires ou infirmières) à des hôpitaux militaires de toute catégorie ». Il convenait que ces correspondances soient remises au vaguemestre « après avoir été revêtues de la signature du chef de service, ou de l’apposition d’un timbre constatant l’origine de la correspondance » (note n° 23035-4/II) — Rappel des prescriptions concernant l’envoi de la carte postale sanitaire (circ. n° 4 761-3/7 du 29 mars 1918) — Observations des prescriptions concernant l’envoi de la carte (circ. n° 32 090-B.2/7 du 14 novembre 1918) — Suppression de la carte postale sanitaire (circ. n° 11 656-B.2/7 du 16 juillet 1920).

Partager cette page

Repost 0