Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com

RAPATRIEMENT DES PRISONNIERS DE GUERRE (DECEMBRE 1918-FEVRIER 1919) - 3e PARTIE

11 Novembre 2018 , Rédigé par François OLIER Publié dans #varia, #les hommes

 

 

 

Retour vers la 2e PARTIE

Personnel sanitaire de la Mission - Répartition du personnel médical - Médicaments - Commissions de contrôle des P.G. des frontières - Commissions maritimes (pp. 3-12).

 

 

 

JOURNAL DU SERVICE DE SANTE  - 3e PARTIE

Mission militaire française à Berlin, rapport du médecin-major de 1ère classe REHM (suite)

Malades hospitalisés dans les lazaretts des camps et dans les hôpitaux - Trains sanitaires - Autos sanitaires - Navires-hôpitaux.

 

" [p. 12, suite] 7° - Malades hospitalisés dans les lazaretts des camps et dans les hôpitaux.

Il est de toute justice de reconnaître avant toute chose, que dans la majorité des cas, nos hospitalisés ont reçus des médecins allemands tous les soins désirables.

Certaines formations sanitaires sont assez bien aménagées, quelques-unes laissent vraiment à désirer, mais l'ensemble n'est pas mal [p. 13]. La nourriture est partout insuffisante, mais des dons de petits vivres venus de France ont généralement suffi à assurer l'alimentation des hospitalisés. Les chiffres des malades français communiqués par le service de santé du Kriegsministerium sont des chiffres absolument fantaisistes. Au 20 octobre, ils donnaient les totaux suivants : pour les français 9000 malades, 2400 blessés, 200 tuberculeux. Il est possible qu'il y ait eu parmi ces malades beaucoup de grippés qui aient guéri depuis.

Bien des malades au début sont montés dans des trains de valides pour rentrer plus vite de sorte que la statistique est impossible à établir.

On peut estimer que le chiffre approximatif d'hospitalisés français vers le 20 décembre était de 6000 au plus.

Il a été dans beaucoup de camps, possible aux médecins français de soigner les malades dans les lazaretts. Par contre, le contrôle dans les hôpitaux a été impossible. C'est pour cette raison que j'ai profité du passage à Berlin, fin décembre, de 3 médecins de la Croix-Rouge de Genève pour les prier de faire une enquête sur les hôpitaux de Magdebourg qui m'avaient été signalés comme particulièrement défectueux. Leur enquête a établi que l'un de ces hôpitaux était bien, et que les conditions de fonctionnement de l'autre étaient acceptables. A Berlin, j'ai visité l'hôpital auxiliaire (Alexandrinenstrasse) qui laissait une impression franchement médiocre.

Les malades alliés en ont été évacués fin décembre par un train sanitaire anglais. Le Tempelhof Baracken Lazareth que j'ai visité également et qui contenait 340 malades alliés était bien. Les malades ont quitté cette formation le 23 janvier par train sanitaire.

 

8° - Trains sanitaires [p. 14]

Jusqu'au 25 décembre, j'ai conservé l'espoir devant les promesses toujours renouvelées des allemands, d'obtenir d'eux l'application au moins partielle des conditions auxquelles ils s'étaient engagés dans l'annexe de l'armistice du 28 novembre concernant l'évacuation des malades et blessés alliés.

A ce moment j'ai jugé qu'il valait mieux, quelque soient la grandeur de l'effort à accomplir et les difficultés extrêmes que nous allions rencontrer, rapatrier nous-mêmes les hospitalisés alliés.

La grande difficulté a consisté à obtenir le chauffage des trains sanitaires. Le raccordement de la tuyauterie de  la locomotive allemande avec celle des wagons français a été presque toujours impossible et il a fallu employer des moyens de fortune qui ont donné un chauffage insuffisant. La température a été heureusement assez clémente pendant la période où les trains ont fonctionné.

Des 80 trains sanitaires que les Allemands se vantaient de pouvoir mettre à notre disposition, 5 ou 6 seulement étaient capables de rendre quelques services. Ils ont [été] utilisés comme le montre la carte. Presque tous les autres trains étaient inutilisables, le personnel sanitaire les ayant abandonnés, en emportant le matériel.

Le temps pressait, les évacuations de P.G. valides battaient leur plein : tous les trains disponibles roulaient vers l'Ouest le flot humain joyeux qui retournait dans la Patrie. L'hiver clément jusque-là, menaçait de causer des perturbations dans les transports par voies ferrées ; le mouvement révolutionnaire grandissant chaque jour risquait [p. 15] d'aggraver la situation. Les malades inquiets, lançaient les premiers appels au secours. Il n'y avait plus à hésiter, ni à compter sur d'autres. Le 24 décembre des trains et des autos sanitaires sont demandés à Spa comme indispensables.

Le 27 décembre des précisions sont données sur les points où il conviendra d'envoyer 6 trains sanitaires français. Le 1er janvier, 3 autres trains sont demandés.

Le 4 janvier, 18 trains sanitaires français concentrés à Mayence, sont prêts à partir pour l'Allemagne.

S'il était possible à ceux qui en France ou dans un autre pays allié ont souffert de l'attente et trouvé long, dans leur impatience bien excusable, le retour des chers êtres vaincus par la blessure ou par la maladie, de mesurer l'effort formidable accompli par ces trains sanitaires français qui ont roulé dans des conditions inimaginables jusqu'au fond de l'Allemagne, entre le 6 et le 18 janvier, en plein hiver, en pleine révolution, presque sans contrôle des autorités allemandes étonnées souvent de leur venue, aiguillés par erreur où ils ne devaient pas aller, dirigés sur des centres ou les malades avaient été enlevés la veille de leur arrivée, par le caprice d'une autorité locale allemande, s'ils avaient pu voir passer un train pareil, filant parfois durant 15 jours dans les plaines grises et désolées, pour chercher et ramener leur enfant à leurs soins et à leur tendresse, s'ils avaient pu sentir l'émotion d'un tel spectacle, il n'en est pas un qui trouverait que tout le possible n'a pas été fait.

Quelques malades sont morts dans ces trains.

Des médecins des C.A. ou des camps, la veille du passage du train sanitaire, m'ont fait par le téléphone, part de leur hésitation à charger le lendemain des malades qui presque mourants voulaient partir. De loin on juge mal de ces choses. Je leur ai répondu d'abord qu'il fallait [p. 16] raisonner les malades et les laisser sur place puisqu'ils étaient intransportables. Quelques autres médecins ont satisfait au désir exprimé par les malades.

Le 21 janvier visitant moi-même les 340 malades alliés qui attendaient pour le lendemain au Tempelhof Lazareth à Berlin la venue du train sanitaire français 24bis PLM, j'y ai trouvé 3 malades tuberculeux couchés, dont la température était élevée. L'un était français, un autre italien, le troisième arabe. J'ai fait tout pour les convaincre qu'il fallait rester, leur promettant même que je viendrais souvent les voir. Des larmes coulaient sur leurs joues amaigries et de toute leur voix ils me criaient qu'ils voulaient mourir dans le train français, en France… Le lendemain, au moment de l'appel du départ, ils étaient au pied de leur lit dans l'espoir que je ne les reconnaitrais pas. Je les ai laissés partir pour ne pas les tuer de chagrin.

On a songé tout d'abord à enlever les malades par nationalité mais le procédé n'était pas pratique à cause de la lenteur des concentrations qu'il aurait fallu effectuer et de l'impression fâcheuse produite par le départ de leurs camarades sur les malades restants. C'est cette raison qui explique que quelques petits groupes de Serbes et de Roumains aient été emmenés par les trains sanitaires.

Et puis les évènements se sont précipités, faisant craindre avec des troubles plus sérieux, la grève générale des chemins de fer.

On avait songé aussi à laisser sur place tous les grippés qui n'étaient pas convalescents. Il a fallu modifier cette conception et enlever les grippés transportables. J'ai demandé, en prévision de leur arrivée dans les HoE qu'il soit installé des salles d'isolement pour les recevoir.

 

20 trains sanitaires français partis de Mayence et de Bâle sont venus en Allemagne. Le dernier train de ramassage quitte aujourd'hui Mayence pour enlever les 125 derniers malades transportables [p. 17] réunis par les autos sanitaires françaises et anglaises à Chemnitz, Dresde, Wittemberg, Magdebourg, Erfurt et Cassel. Les 19 trains sanitaires ont enlevé 5000 malades et blessés alliés dont 3465 français, 1095 italiens, 230 anglais, 55 belges, 100 serbes, 50 roumains, 5 portugais et 2 grecs. Avec le 20e train, plus de 5100 malades seront partis.

Les 8 trains sanitaires anglais ont enlevé environ 1750 malades dont 675 français environ.

Les 4 trains sanitaires allemands allant à grande distance ont enlevé environ 1100 malades alliés dont 500 français environ.

Les trains sanitaires belges, hollandais, suisses et américains à petit rayon, ont enlevé environ 2500 malades alliés dont 800 français environ.

Les 3 trains sanitaires italiens ont enlevé 750 italiens environ et 60 malades français.

 

On pourra remarquer que les 25 trains sanitaires alliés et neutres ont enlevé environ 5000 malades, mais si l'on regarde la carte on verra par comparaison avec le rayon de pénétration des 20 trains sanitaires français qui ont enlevé plus de 5000 malades combien l'effort fourni par la France est considérable. Les 25 trains sanitaires alliés et neutres ont fait en Allemagne environ 12 000 kil. Les 10 trains sanitaires allemands à grande et à courte distance ont fait 6 500 kil. Les 20 trains sanitaires français ont fait plus de 16 000 kil.

Ceux qui sont allés jusque dans l'Est de l'Allemagne sont restés 2 semaines en route. Pour le train de Posen, ville occupée par les autorités polonaises, il a fallu faire des démarches auprès de ces autorités pour obtenir le passage du train. Le Service de santé du Kriegsministerium m'a affirmé, lorsque je lui ai parlé de mon intention d'envoyer un train à Posen que la chose serait impossible [p. 18] Il trouvait déjà bien extraordinaire que je puisse télégraphier et recevoir des télégrammes des 2 médecins français que j'avais envoyé à Posen, malgré l'occupation de cette ville par les Polonais et malgré l'existence d'un front de bataille à l'ouest de cette localité.

Il a été possible d'obtenir des renseignements sur 30 blessés français signalés à Kalisch (*), évacués ensuite sur Prague d'où ils ont gagné la France dans un train tchécoslovaque amenant à la Conférence de la Paix les représentants de la République tchécoslovaque.

 

9° - Autos sanitaires

Pour assurer le ramassage de tous les malades isolés devenus transportables et leur concentration dans des hôpitaux placés sur le passage des trains sanitaires, il a fallu songer à utiliser des automobiles sanitaires. Les Allemands étant incapables de nous en fournir, j'ai demandé à Spa le 24 décembre que 30 automobiles sanitaires françaises soient mises à ma disposition pour être répartis dans divers corps d'armée en Allemagne. Après entente avec le colonel médecin Pollock de la mission britannique pour le rapatriement des P.G. Il fut décidé que les Anglais assureraient le service par autos sanitaires dans les 2/3 des corps d'armée avec 50 voitures. Je me réservai 1/3 des corps d'armée pour le service par autos sanitaires. Depuis, les Anglais ont envoyé 5 voitures par CA soit 90 au total. L'effort était vraiment bien grand pour l'œuvre à accomplir, mais ils ont fouillé très scrupuleusement tous les C.A. après les avoir divisés en secteurs. Nos autos françaises réunies le 7 janvier à Rastadt ont été employées de la façon suivante :

- 1 a fait la région de Stuttgard ;

- 1 la région de Wurzbourg ;

- 5 sont allées par route à Nuremberg pour drainer les malades de la Bavière. Elles y opèrent encore en ce moment [p. 19] et j'ai prescrit au médecin-major de 2e classe Montane d'en garder deux avec lui pour visiter tous les intransportables de Bavière et de Wurtemberg.

- 2 ont été employées à faire la navette sur Giessen.

- 5 sont arrivées sur wagons à Berlin, le 19 janvier.

L'une d'elle a été envoyée à Stettin pour visiter le 2ème CA, une deuxième a été envoyée à Magdebourg pour drainer le 4ème CA. La troisième et la quatrième ont été envoyées sur wagons à Hambourg. Elles y recherchent en ce moment les intransportables signalés dans le Schlesvig et la partie est du 9ème CA. La cinquième, visite le 3ème CA. Elle est allée à Spandau, Brandenbourg, Döberits et va aller à Perleberg.

- 3 ont été envoyées à Hanovre où elles ont visité tout le Xe CA. Deux d'entre elles, avec le docteur Saint Mathieu sont parties hier pour voir quelques malades dans la région de Munster.

- 2 ont été dirigées sur Cassel

- 1 sur Erfurt

- 3 à Leipzig d'où elles sont utilisées pour Dresde et la Saxe.

Les régions de Posen, Danzig, Allenstein, Königsberg et Breslau étant parcourues en ce moment par 23 autos sanitaires anglaises, j'ai jugé inutile d'y envoyer des autos françaises.

J'estime que toutes les autos sanitaires françaises pourront être ramenées en France vers le 5 février. Elles auront rendu les plus grands services. Chaque voiture avait une réserve d'essence pour 1400 kilomètres [p. 20].

 

10° - Navires hôpitaux

Les malades qui se trouvaient hospitalisés dans les 1er, 20ème, 17ème, 2ème et 9ème CA ont été pour la plus grande part, emmenés par navires hôpitaux anglais ou par bateaux suédois, danois et allemands aménagés.

Des trains sanitaires allemands, complets ou réduits à quelques wagons ont assuré le transport des malades des centres hospitaliers des CA aux hôpitaux des ports. Cette organisation a été concertée entre les Généraux Kommandos et les médecins français qui leur avaient été attachés. L'exécution en a été parfaite.

- 60 malades alliés sont partis de Hambourg

- 87 de Warmemünde

- 473 de Stettin

- 725 de Dantzig

- 75 de Königsberg

1420 au total. Sur ce chiffre, on peut compter 500 français environ.

Les navires hôpitaux anglais allaient directement en Angleterre. Les petits bateaux aménagés emportaient les malades à Copenhague où il reste actuellement 350 malades alliés qui attendent pour leur rapatriement, la venue du navire hôpital anglais "Formose" annoncé comme parti de Southampton le 27 janvier [1919].

 

A SUIVRE - Les malades et blessés français intransportables laissés en Allemagne, avec leur identité et leur localisation - Conclusion.

 

 

 

NOTES :

(*) Auj. Kalisz (Pologne)

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article