Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com

centenaire

LES HOPITAUX BENEVOLES DE GRENOBLE 1914-1918

25 Mars 2014 , Rédigé par D.C. Publié dans #Centenaire

LES HOPITAUX BENEVOLES DE GRENOBLE 1914-1918

Le Samedi 5 avril à 14h30 à l'Auditorium de la Maison du Tourisme à Grenoble

Conférence de Dominique Chancel, architecte honoraire, historien du Patrimoine sur :

LA VILLA DEMENJON-DOUILLET, DEMEURE DE LA BELLE ÉPOQUE À L’ÉPREUVE DE LA GRANDE GUERRE.

Le bowling privé de cette demeure bourgeoise de la Belle Époque est utilisé comme hôpital bénévole pendant la Première Guerre mondiale. Les parois de cette belle dépendance, l'un des tout premiers bowlings privés de France, seront dévoilées au public : 200m2 de paysages de montagne réalisés par le peintre Édouard Brun !

La famille Douillet-Mounier, propriétaire de la villa, y accueille et y soigne plus de 1000 soldats blessés pendant toute la durée de la guerre. Ses archives, qui sont conservées, permettent d'évoquer la vie de ces soldats.

Plus tard, cette maison deviendra une dépendance de la clinique des Bains voisine, qui n’existe plus aujourd’hui.

Au cours de cette conférence, les nombreux autres hôpitaux bénévoles de l'agglomération grenobloise, et notamment celui du Clos des Capucins à Meylan, tenu par la famille du bâtonnier Marc Giroud, seront également évoqués.

◗ Entrée libre
◗ Contact : association Patrimoine et Développement du
Grand Grenoble – 09 51 86 27 84
www.grenoble-patrimoines.org
Lire la suite

SOLDATS DECEDES A L'HOPITAL JAPONAIS DE PARIS (1915-1916)

24 Mars 2014 , Rédigé par François OLIER Publié dans #recherche archives documentation, #Centenaire

SOLDATS DECEDES A L'HOPITAL JAPONAIS DE PARIS (1915-1916)

Liste exhaustive des soldats français décédés à l'hôpital bénévole n°4 bis, hôpital japonais de Paris.

(N° 13) - SALUT Gaston, soldat de 2e classe, 23e régiment d’infanterie coloniale (R.I.C.), né le 8 juillet 1875 à Toulouse (Haute-Garonne), fils de [SALUT] Jean et de Marie NOT. Marié avec Marie PERPèRE, domiciliés à Merens (Ariège). Entré à l’hôpital bénévole japonais de Paris, le 23 mars 1915 [registre des entrées (R.E.), n° 93] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais). Décédé le 4 avril 1915 à 9h1/4 du matin. - Fracture du crâne. Trépané le 8 mars 1915. Eclat d’obus reçu le 5 mars 1915 au Bois [d’…]. Le médecin traitant, [signé : Watanabé] - N° de l’état-civil : 711. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N°14) – CESSES Louis, soldat de 2e classe du 96e régiment d’infanterie (R.I.), né le 25 mars 1881 à Aurin (Haute-Garonne), fils de [CESSES] Pierre, décédé, et de Marguerite PAUL, domiciliés à Lanta (Haute-Garonne). Marié à Maria TRENTOUL domiciliée à Lanta. Entré le 23 mars 1915 [R.E. n°85 : vient de l’hôpital d’évacuation (HoE) 38, Châlons-sur-Marne] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais). Décédé le 15 avril 1915 à 9h. du matin. Plaie par éclat d’obus de la jambe droite. Amputation de la cuisse droite pour gangrène gazeuse. Plaie de l’avant pied gauche pour gangrène gazeuse. Plaie superficielle du bras droit. Blessure reçue le 7 mars 1915 à […] [signé : Watanabé] – N° de l’acte d’état-civil : 781, mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N°15) PETIT Elisé Léonce, soldat de 2e classe du 128e régiment d’infanterie. Né le 17 février 1889 à La Thieuloye (Pas-de-Calais), fils de [PETIT] Charles et de LEFEVRE Pulcherie, domiciliés à La Comté, [R.E. : par Houdain] (Pas-de-Calais). [Célibataire ?]. Entré le 30 mars 1915 [R.E. n°122] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais). Décédé le 22 avril 1915 à 23h 1/2 – Plaie par éclat d’obus cuisse droite et anus. Blessure reçue le 4/03/15 à Mesnil. [Signé : Watanabé] – N° de l’acte de l’Etat-civil : 832. Mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N°16) VILLAIN Maurice Albert, soldat de 2e classe du 142e régiment d’infanterie. Né le 3 septembre 1894 à Douai (Nord), fils de [VILLAIN] Alfred Camille et de BUF Maria demeurant à Douai (Nord). Entré le 30 mars 1915 [R.E. n° 129, M. Roullot Jean-Marie, 32 avenue de Fredy à Villemomble] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais). Décédé le 26 avril 1915 à midi. Blessé le 12 mars 1915 à Beauséjour par éclat d’obus jambe gauche, pied et genou droit. Amputation de la jambe gauche pratiquée le 19 avril 1915, [signé : Watanabé] – N° de l’acte de l’état-civil : 880, mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N°17) ADE Georges Edmond, soldat de 1ère classe du 329e régiment d’infanterie. Né le 14 février 1884 à Oherville (Seine Inférieure), fils de [ADE] Pierre Léopold et de PAIN Blanche Alexandrine, décédée, domiciliés à Yvetot, rue des Jardins (Seine Inférieure). Marié à GORON Lucie domiciliée au Havre, rue Reine Berthe (Seine Inférieure). Entré le 15 mai 1915 [R.E. n° 259] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais). Décédé le 23 mai 1915 à 16 heures. Pied gauche enlevé et plaie pénétrante pied droit. Blessure reçue sur le champ de bataille, [signé : Motéki] – N° de l’acte de l’état-civil : 1080, mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N°18) PERNET Charles, soldat de 2e classe du 129e régiment d’infanterie. Né le 31 janvier 1879 à Matton-Clemency (Ardennes), fils de [PERNET] Lucien et de Clémentine HAHAN, domiciliés à Sedan, rue du Calvaire (Ardennes). Marié à Françoise BIGNERTE, domiciliée à Montreuil-sous-Bois, 36 rue de Vincennes. Entré le 2 juin 1915 [R.E. n°314] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais). Décédé le 3 juin 1915 à 4 heures du matin. Plaies multiples jambe et main gauches. Blessure reçue sur le champ de bataille. [signé : Motéki] – N° de l’acte de l’état-civil : 1171, mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N°19) DUMORT Gabriel Louis Léon, caporal au 160e régiment d’infanterie. Né le 6 décembre 1894 à Argenteuil (Seine-et-Oise), fils de [DUMONT] Gabriel Jules Léon et de feue Eugénie Lainé, domiciliés à Argenteuil, 5 rue Saint-Germain (Seine-et-Oise). Entré le 15 mai 1915 [R.E. n° 277] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais). Décédé le 10 juin 1915 à 5h. matin – Plaie par balle au flanc droit. Blessure reçue sur le champ de bataille. [signé : Watanabé] – N° de l’acte à l’état-civil : 1221. Mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N°20) LERAY Léon, caporal au 241e régiment d’infanterie. Né le 13 mars 1886 à Dingé (Ille-et-Vilaine), fils de feu [LERAY] Emmanuel, et de Rosalie SAUVAGE, domiciliés à Dingé [R.E. : aux Champs-Thébault] (Ille-et-Vilaine), [célibataire]. Entré le 18 juin 1915 [R.E. n° 327] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais). Décédé le 26 juin 1915 à 5h du matin. Amputation jambe droite. Blessure reçue sur le champ de bataille [signé : Watanabé]. N° de l’état-civil : 1326. Mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N°21) LANDAIS François Marie, soldat de 1ère classe au 41e régiment d’infanterie. Né le 6 octobre 1889 à Rennes (Ille-et-Vilaine), fils de [LANDAIS] François et de Marie-Louise HUREL, domiciliés à Rennes, 6 rue Jules-Simon (Ille-et-Vilaine) [Célibataire ?]. Entré le 21 juin 1915 [R.E. n°348] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais). Décédé le 2 juillet 1915 à 04H soir. Plaie front. Blessure reçue sur le champ de bataille [signé : Moteki]. N° de l’acte de l’état-civil : 1359. Mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N°22) BERNIER Pierre Marie. Soldat de 2e classe au 270e régiment d’infanterie. Né le 30 juin 1887 à Saint-Nazaire (Loire-Inférieure), fils de [BERNIER] Eugène Marie et de Marie Françoise Jeanne MORICE, domiciliés à Fontaine-Tuhaud (Loire-Inférieure). Entré le 21 janvier 1915 [R.E. n°354] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais). Décédé le 16 août 1915 à 7 h. du matin. Plaies au genou gauche et front par éclats d’obus. Blessure reçue sur le champ de bataille. [signé : Watanabé]. N° de l’acte de l’état-civil : 1600. Mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N°23) BLONDY Albert, caporal au 32e régiment d’infanterie. Né le 8 mai 1892 à Lubersac (Corrèze), fils de BLONDY Pierre et de feue Françoise TERRASSE domiciliés à La Crèche (Deux-Sèvres). Entré le 21 juin 1915 [R.E. n° 352] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais). Décédé le 26 août 1915 à 4h. du matin. Fracture clavicule par éclat. Blessure reçue sur le champ de bataille [signé : Moteki] – N° de l’acte d’état civil : 1637, mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N°24) LEGAL Mathurin, 2e classe au 102e régiment d’infanterie. Né le 23 août 1878 à Moréac (Morbihan), fils de feu LEGAL Joachim et de feue Marie GIGADOT. Entré le 1er août 1915 [R.E. n° 393 : Blessé le 6 janvier 1915 à Crouy. Prisonnier de guerre rapatrié d’Allemagne via la Suisse, vient de l’hôpital complémentaire n°16 de Lyon, « n’a pas voulu laisser d’adresse »] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais). Décédé le 8 septembre 1915 à 6h. du matin. Amputation cuisse droite consécutive à plaie par schrapnell. Amputation 4 orteils pied gauche, suite à gelure. Blessures reçues sur le champ de bataille [signé : Moteki] – N° de l’acte de l’état civil : 1712, mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France.[ne figure pas au fichier MDH]

(N° 25) BRAJON Bernard, soldat de 2e classe au 142e régiment d’infanterie. Né le 1er mars 1892 à Saint-Chély-d’Apcher (Lozère), fils de BRAJON Félix et de feue Philomène CHYLA domiciliés à Saint-Chély-d’Apcher (Lozère). Célibataire. Entré le 1er août 1915 [R.E. n° 392 : blessé le 18 août 1914 en Alsace, prisonnier de guerre rapatrié d’Allemagne, via l’hôpital auxiliaire n°21, école Ozanam de Lyon] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais). Décédé le 14 septembre 1915 à 7h. du matin – Balle épaule droite avec lésion moelle épinière ayant déterminé paraplégie complète avec incontinence de la vessie et des matrices. Blessure reçue sur le champ de bataille [signé : Watanabé] – N° de l’acte d’état civil : 1743. Mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N°26) TIREL Pierre, 2e classe du 1er régiment d’infanterie coloniale. Né le 21 octobre 1888 à Bourg-des-Comptes (Ille-et-Vilaine), fils de [TIREL] Pierre et de Marie-Ange ROUILLER, domiciliés à Bourg-des-Comptes, aux Hautes Rivières (Ille-et-Vilaine), célibataire - Entré le 18 septembre 1915 [R.E. n° 430 : blessé le 8 septembre 1915 à Souain, passé par l’hôpital de Châlons] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais) – Décédé le 30 septembre 1915 à 11 h. le matin – Plaie genou droit par éclat d’obus. Blessure reçue sur le champ de bataille [signé : Watanabé] – N° de l’acte de l’état civil : 1834. Mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N°27) FAVIER Jean, 1ère classe du 35e régiment d’infanterie. Né le 16 mars 1881 à Béréziat (Ain), fils de [FAVIER] Joseph Marie, décédé et de feue Philomène BOYER. Marié à Henriette SAUNIER domiciliée à Saint-Etienne-de-Reyssouze (Ain) – Entré le 2 octobre 1915 [R.E. n° 530 : blessé le 25 septembre 1915 à Souain] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais) – Décédé le 3 octobre 1915 à 2h. du matin – Eclat d’obus hanche gauche. Blessure reçue sur le champ de bataille. [signé : Motéki] – N° de l’acte de l’état-civil : 1848. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N° 28) TURQUIN Julien Ernest, sergent au 19e bataillon de chasseurs à pied. Né le 4 juin 1891 à Saint-Quentin (Aisne), fils de TURQUIN Julienne Emmerline veuve Mahieux, domiciliés à La-Capelle-en-Thiérache (Aisne). Entré le 29 septembre 1915 [R.E. n° 498 : blessé le 27 septembre 1915 à Souain] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais) – Fracture cuisse droite par balle et plaie épaule droite. Blessure reçue sur le champ de bataille. [signé : Watanabé] – N° de l’acte de l’état-civil : 1954, mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N°29) BARBET Pierre Alphonse, soldat de 2e classe au 171e régiment d’infanterie. Né le 25 septembre 1895 à Le Plantay (Ain), fils de [BARBET] Jean et de Marie FAVRE, domiciliés à Bouligneux [par Villars] (Ain). Célibataire – Entré le 29 septembre 1915 [R.E. n° 496 : blessé le 27 septembre 1915 à Souain] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais). Célibataire – Décédé le 17 octobre 1915 à 6h. du matin – Plaie fesse droite par balle. Blessure reçue sur le champ de bataille. [signé : Watanabé] – N° de l’acte de l’état-civil : 1976. Mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N°30) PATUREL Fernand Léonce Marie, soldat de 2e classe au 103e régiment d’infanterie. Né le 2 septembre 1895 à Surtauville (Eure), fils de [PATUREL] Auguste Alfred et de Angella Joséphine BLONDEL, domiciliés à Louviers, 40 faubourg de Rouen (Eure). Entré le 4 octobre 1915 [R.E. n°537 : Blessé le 29 septembre 1915 à Saint-Hilaire] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais) – Décédé le 19 octobre 1915 à 4h. du matin – Eclat d’obus à l’épaule et poumon droit. Blessure reçue sur le champ de bataille. [signé : Watanabé] – N° de l’acte de l’état civil : 1995. Mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N°31) DOUILLY Gustave, soldat de 2e classe au 273e régiment d’infanterie. Né le 28 mars 1880 à Lillers (Pas-de-Calais), fils de feu [DOUILLY] Flory et de feue Sophie MOURIEUX. Marié à Céline DECROIX, domiciliée à Auchel [R.E. : 122 rue de la Côte] (Pas-de-Calais) - Entré le 10 octobre 1915 [R.E. n° 576 : Blessé le 5 octobre 1915 à Souain] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais) – Décédé le 24 novembre 1915 à 4h. du matin – Fracture fémur droit par éclat d’obus. Blessure reçue sur le champ de bataille. [signé : Watanabé] – N° de l’acte de l’état civil : 2241. Mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N° 32) BOUTET Florent Maximin Alexis, soldat de 2e classe du 52e régiment d’infanterie coloniale. Né le 12 octobre 1889 à Saint-Gervais-les-Marais (Vendée), fils de feu [BOUTET] Louis Florent et de Joséphine Rose Denis, domiciliés à Saint-Gervais (Vendée), célibataire. – Entré le 29 septembre 1915 [R.E. n° 494 : blessé le 28 septembre 1915 à Souain] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais) – Décédé le 4 décembre 1915 à 9h. du matin – Plaie poumon gauche par éclat. Blessure reçue sur le champ de bataille. [signé : Watanabé] – N° de l’acte d’état-civil : 2303. Mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N°33) COUTAREL Gustave Arthur René, Brigadier au 37e régiment d’artillerie. Né le 7 octobre 1893 à Meilhaud (Puy-de-Dôme), fils de feu [COUTAREL] Gabriel et de Rosalie THIEULON domiciliés à Paris, 207 boulevard Saint-Germain (Seine). Célibataire – Entré le 18 février 1916 [R.E. n° 726 : blessé le 8 janvier 1916 à Souain] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais)- Décédé le 9 mars 1916 à 9h. du soir – Amputation main gauche plaie main droite et trépanation frontale par éclats. Blessures reçues sur le champ de bataille. [signé : Motéki] – N° de l’acte de l’état civil : 496. Mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N°34) BONIFACE Frontin, soldat de 2e classe du 31e bataillon de chasseurs à pied. Né le 4 janvier 1895 à Vindelle (Charente), fils de [BONIFACE] Clair[e] et de feue Anna ROUGIER, domiciliés à Vitrac et Saint-Vincent (Charente). Célibataire. Entré le 5 avril 1916 [R. E. n° 784 : blessé le 12 mars 1916 à Vaux, près de Verdun] à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais) – Décédé le 12 juin 1916 à 9h. du matin – Fracture crane et plaie jambe droite par éclats d’obus. Blessures reçues sur le champ de bataille. [signé : Motéki] – N° de l’acte d’état civil : 1206. Mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

(N° 35) MARECHAL Jules Emmanuel Henri, maréchal des logis au 46e régiment d’artillerie. Né le 20 février 1891 à Saulces-Monclin (Ardennes), fils de feu [MARECHAL] Jules Walter Délia et de BARON Célina Amandine Emma, domiciliés à Verzy (Marne). Célibataire – Entré le 19 janvier 1916 (R.E. n° 700 : blessé le 26 novembre 1915 à Souain (Marne)) à l’hôpital bénévole n° 4bis de Paris (hôpital japonais) – Décédé le 22 juin 1916 à midi – Amputation avant-bras gauche. Fracture genou gauche et doigt main droite par éclats. Blessures reçues sur le champ de bataille [signé : Watanabé] - N° de l’état civil : 1275. Mairie du 8e arrondissement. Mort pour la France. [figure au fichier MdH]

J'invite les personnes, chercheurs, généalogistes susceptibles de connaître ces soldats de prendre contact avec moi : via le point "contact" en début d'article ; en ajoutant un commentaire ou en consultant le lien vers l'irremplaçable forum Pages 14-18 dans lequel cette recherche a déjà fait l'objet de plus d'une vingtaine d'échanges passionnants et de plusieurs centaines de consultations... à ce jour.

Merci à tous.

Je profite de l'occasion pour remercier les abonnés de leur confiance
Lire la suite

CONFERENCE SUR LE SERVICE DE SANTE MILITAIRE... Nice, le 12 avril 2014.

24 Mars 2014 , Rédigé par François OLIER Publié dans #Centenaire

CONFERENCE SUR LE SERVICE DE SANTE MILITAIRE... Nice, le 12 avril 2014.

L’A.G.A.M. (Association Généalogique des Alpes-Maritimes), soutenue par le comité du centenaire du Conseil général des Alpes-Maritimes organise les 11 - 12 - 13 avril 2014, à Nice, au Palais des Rois Sardes, la 1ère Rencontre Généalogique Nationale sur la Grande Guerre qui est soutenue par la Fédération Française de Généalogie (F.F.G.).

A l’occasion de cette « Rencontre » nationale, je proposerai à l’invitation de l’A.G.A.M. et de son équipe du projet « Bleuets » une conférence, le samedi 12 avril 2014, après-midi, sur le Service de santé militaire en 1914-1918. Un vaste sujet… qui sera plus particulièrement axé sur l’organisation et le fonctionnement du Service dans les zones des armées et de l’intérieur (hospitalisation militaire), complété par un focus sur les personnels sanitaires, en particulier, infirmiers et infirmières.

Vous en saurez plus, sur le programme, en consultant ces liens :

http://www.agam-06.org/new%20index%202013.htm

http://leblog-ffg.over-blog.org/article-1ere-rencontre-genealogique-nationale-sur-la-grande-guerre-122662266.html

http://www.cg06.fr.

A Bientôt, à Nice, le 12 avril…

François OLIER

.

« D’un projet à une rencontre nationale  ... L’équipe du projet Bleuets vous propose de se  rencontrer afin d’échanger nos expériences pour transmettre la mémoire de nos ancêtres Poilus.
Nous souhaitons grâce cet évènement susciter l’intérêt des associations qui réalisent ou envisagent des projets mémoriels.
Pour cela nous mettons à leur disposition des stands et des temps de parole pour présenter leurs actions respectives.
Les intervenants vont nous permettre de mieux découvrir le côté humain de cette guerre.
Nous aurons à notre disposition une salle de conférences de 200 places, un espace pour les ateliers de 45 places, bureaux et salons.
Nous vous proposons dans cette brochure le pré programme de ces journées d’histoire et de généalogie (sous réserve de modifications).

Toutes les conférences, animations, expositions sont gratuites.
Association Généalogique des Alpes-Maritimes
Archives départementales des Alpes-Maritimes 
Centre administratif départemental 
Route de Grenoble 
06206 NICE CEDEX 3 »
Organisation.AGAM@gmail.com
Lire la suite

RECHERCHE TV A PARIS : HOPITAL JAPONAIS 1915-1916…

6 Mars 2014 , Rédigé par François OLIER Publié dans #Centenaire

RECHERCHE TV A PARIS : HOPITAL JAPONAIS 1915-1916…

Hôpital bénévole de la Croix-Rouge japonaise, à l’hôtel Astoria de Paris.

La chaîne de télévision publique japonaise N.H.K. (Nippon Hoso kyokai) prépare un reportage en France, dans le cadre du centenaire de la Grande Guerre, sur l’hôpital de la Croix-Rouge japonaise de Paris (hôpital bénévole n°4bis) implanté dans les locaux de l’hôtel Astoria, 1 rue de Presbourg et avenue des Champs-Elysées, lequel a fonctionné, du 15 février 1915 au 1er juillet 1916.

La N.H.K. cherche à rencontrer les familles de blessés français hospitalisés dans cette formation hospitalière, au plateau chirurgical ultra moderne pour l’époque, ainsi que les descendants des personnels hospitaliers (infirmiers de la 22e section d’infirmiers militaires (S.I.M.), infirmières bénévoles françaises, etc.) qui ont pu y travailler et qui disposeraient d’objets ou de documents susceptibles d’illustrer cet épisode peu connu de l’action humanitaire en France de notre allié japonais.

Pour situer son fonctionnement : l’hôpital bénévole n°4 bis, à l’hôtel Astoria, mis sous séquestre dès 1914, a accueilli successivement des services hospitaliers de la Croix-Rouge britannique (1914-1915), de la Croix-Rouge japonaise (1915-1916) puis de nouveau, de la Croix-Rouge britannique, fondation de lord et de lady Michelham (1916-1918).

Je vous saurais gré de bien vouloir relayer mon appel, en raison des courts délais impartis par la réalisation du reportage en France. Me contacter. Après vérification de la fiabilité des témoignages je m’effacerai pour laisser la place au chargé de production japonais. – Bien cordialement. François OLIER (courriel de contact en haut de la page d’accueil du blog).

Vous pouvez suivre l'avancée de la recherche, en consultant le forum Pages 14-18

INFO : Sortie du reportage au Japon, le 9 mai 2014.

Mise à jour : 16 avril 2014.
Lire la suite

RELIGIEUX ET RELIGIEUSES CATHOLIQUES AUX ARMEES, 1914-1918

27 Février 2014 , Rédigé par François OLIER Publié dans #recherche archives documentation, #Centenaire, #les hommes

RELIGIEUX ET RELIGIEUSES CATHOLIQUES AUX ARMEES, 1914-1918

Un site en or, le diocèse aux Armées frappe fort pour le Centenaire… LE CLERGE MONTE AU FRONT

Un nouveau site à ajouter aux favoris qui va vite devenir indispensable aux passionnés de 1914-1918 : le site du diocèse aux armées françaises. Celui-ci met, à la disposition des curieux et des spécialistes, une « mine » - c’est peu de le dire – de dossiers, témoignages, portraits d’aumôniers, de prières, de chants religieux de 14-18…

Il fait également le point sur les rendez-vous, en lien avec le « fait religieux 14-18 » à inscrire sur son agenda (expositions, concerts, colloques, pèlerinages, etc.).

Autre « divine » surprise à découvrir absolument et à télécharger en format PDF, sans modération :

Le Guide des sources ecclésiastiques sur la Première Guerre mondiale pour le Sud-est de la France et ses dizaines de références sur le Service de santé militaire ;

Le Rarissime : La Preuve du sang. Livre d’or du clergé et des congrégations (1914-1922), 2 tomes, Paris, Bonne Presse, 1925, avec annexes et… supplément.

– LE MONUMENT sur le clergé dans la Grande Guerre, avec ses milliers de notices biographiques intéressant des « sanitaires ». LE MONUMENT, la « Preuve du sang », qui a permis Après-guerre de terrasser le « Satan de l’infâme rumeur », sur les curés embusqués… Un bel outil mis à la disposition des chercheurs.

L’on découvrira sur ce site, au fil des pages de nombreuses informations sur le Service de santé militaire et ses « trésors » hérités de la Grande Guerre. Mon coup de cœur : A voir, à redécouvrir, les dix magnifiques vitraux de la chapelle de l’hôpital d’instruction des armées Bégin de Saint-Mandé (Val-de-Marne), œuvres de Raphaël Lardeur (1890-1953), le maître de la « symphonie des bleus »… époustouflant ! …

J’arrête là. Allez, sans tarder, découvrir ce site qui fera date en dépit de son inscription « à la marge », au rebut ? des labellisations du Centenaire… à classer entre « Rad. Soc. » et « Union sacrée »… Alléluia !

Lire la suite

LES HOPITAUX DE L'ARRIERE DANS LE CANTAL

22 Février 2014 , Rédigé par François OLIER Publié dans #Centenaire

LES HOPITAUX DE L'ARRIERE DANS LE CANTAL

Les hôpitaux de l’arrière dans le Cantal (1914-1918)

En mai 2014 à Vic-sur-Cère (Cantal) :

Une conférence accompagnée d'une exposition sur les hôpitaux temporaires cantaliens (Aurillac, Saint-Flour, Vic-sur-Cère) durant la Grande Guerre, dont l’hôpital complémentaire n°73 de Vic-sur-Cère qui est magnifiquement illustré par un fonds iconographique très riche conservé par les archives départementales du Cantal.

Hôpitaux temporaires cantaliens :
Aurillac – Hôpitaux complémentaires n°1, n°2, n°22, n°23 (Ecole d’institutrices, 1 rue de l’Ecole Supérieure).

Saint-Flour – Hôpital complémentaire n°72

Vic-sur-Cère – Hôpital complémentaire n°73. Grand Hôtel de la Compagnie de chemins de fer d’Orléans. 148/205 lits, ouvert le 26 août 1914, accueille les premiers blessés le 28 août. L’HC 73 reçoit les convalescents évacués d’Aurillac (mai 1915). Il n’est pas utilisé pendant les six derniers mois précédant la fermeture. Fermé dès le 28 septembre 1916. Il aura hospitalisé 1233 malades et blessés. (Référence de fermeture n° 16436-3/7 du 28 octobre 1916).
Médecins-chefs : docteurs Solelis (1914-15 nov. 1915), Chaumet (16 nov. 1915-8 mai 1916), Chadefaux (9 mai 1916-10 oct. 1916).
Lire la suite

VAUCLAIRE, BASE HOSPITAL N°3 (1918-1919)

22 Février 2014 , Rédigé par François OLIER Publié dans #Centenaire

VAUCLAIRE, BASE HOSPITAL N°3 (1918-1919)
Evocation théâtrale :

Du 4 juillet au 6 juillet 2014 - Hôpital Vauclaire, Montpon-Ménestérol

Présentation de la Compagnie Galop de Buffles et l'association Zap'Art :

« C'est quoi, le projet Vauclaire Base Hospital N°3?

Il y a presque 100 ans, l'armée américaine investissait en Dordogne, à Montpon, un ancien monastère de l'ordre des chartreux pressenti pour devenir un hôpital de soins pour personnes atteintes de troubles mentaux mais dont les travaux avaient été interrompus par l'éclatement du premier conflit mondial.

Une occupation des lieux qui dura une année au cours de laquelle des liens se nouèrent entre les habitants des communes rurales alentours et ce personnel soignant d'engagés volontaires.

Il s'agit de faire revivre cet événement le temps d'une évocation théâtrale sur le site les 4, 5 et 6 juillet 2014 en soirée...."

Ce projet original a été retenu par le comité national de labellisation de la Mission du Centenaire de La Première Guerre Mondiale.

Lire la suite

LE GLANEUR SANITAIRE PROPOSE : VITRY-LE-FRANCOIS, VILLE HOPITAL (1914-2014)

17 Février 2014 , Rédigé par François OLIER Publié dans #Centenaire

LE GLANEUR SANITAIRE PROPOSE : VITRY-LE-FRANCOIS, VILLE HOPITAL (1914-2014)

VITRY-LE-FRANCOIS, VILLE HOPITAL (1914-2014)

Expositions « Les services de santé en 1914 » à la Collégiale de Vitry-le-François et « les services de santé contemporains », sur la place d’Armes (6 septembre-11 novembre 2014).

« Après la bataille du Mont Moret, et la défaite allemande consommée, Vitry-le-François devient une ville-hôpital, spécialité conférée à une ville de l’arrière, avec plus de 2000 lits et une « maison des Eclopés ».

La collégiale a été le véritable point central de ce dispositif sanitaire pendant les quelques jours de l’occupation allemande de la ville, avec le stockage, les soins et le triage des blessés...

Une exposition retraçant « les services de santé dans la Marne pendant la guerre 1914-1918 » existe auprès de l’ONAC. Nous avons l’accord des autorités religieuses pour la présenter au public dans la Collégiale.

Avec l’aide du Val de Grace et de la Direction des Approvisionnement des Produits de Santé des Armées (DAPSA), une exposition et une reconstitution des services de santé en 1914 sont en cours de réalisation. Dans ce cadre, une chapelle de la collégiale sera transformée en centre de soins reconstitués. Une exposition d’objets chirurgicaux et autres instruments à usage médical, crée par la DAPSA, va être présentée au public. Des panneaux retraçant la vie des vitryats et montrant l’investissement de chacun pour soigner les blessés des deux camps sont en cours de création. Ils montreront la ville de Vitry-le-François à différents moments de la guerre, à savoir avant l’occupation allemande en août 1914, pendant les quelques jours de l’occupation allemande et après l’occupation allemande en septembre 1914.

Pour faire un parallèle avec les moyens de la médecine moderne, et en collaboration avec l'ERSA de Marolles, une unité de soins récemment opérationnelle sur les champs de bataille sera exposée à la vue de tous.

Un programme permettant la visite des écoles sera organisé. Pour ne pas perturber les cérémonies religieuses, elles auront lieu le matin. Le week-end sera consacré à l’ouverture au grand public, et ce, jusqu’au 11 novembre 2014. »

Source : Ville de Vitry-le-François. Centenaire de la Grande Guerre, 1914-2014 : Un siècle de mémoire.

La caserne des Minimes de Vitry-le-François. Hôpital complémentaire n° 27 – de 325 à 380 lits – ouvert le 16 avril 1917 et fermé le 25 mai 1919.

La caserne des Minimes de Vitry-le-François. Hôpital complémentaire n° 27 – de 325 à 380 lits – ouvert le 16 avril 1917 et fermé le 25 mai 1919.

LE GLANEUR SANITAIRE PROPOSE : VITRY-LE-FRANCOIS, VILLE HOPITAL (1914-2014)
Lire la suite

LOGOTYPE "CENTENAIRE" DU SERVICE DE SANTE DES ARMEES

16 Février 2014 , Rédigé par François OLIER Publié dans #Centenaire

LOGOTYPE "CENTENAIRE" DU SERVICE DE SANTE DES ARMEES
BREVE :

Le Service de santé des armées lance un concours ouvert à l'ensemble de son personnel tant d'active que de réserve, civil et militaire, "quelle que soit l'armée d'origine ou l'affectation" pour se doter d'un logo "servant d'accroche symbolique à la participation du Service aux manifestations de commémoration du centenaire de la Grande Guerre".

La date limite de dépôt des visuels est fixée au 1er juin 2014.

Dans l'attente de ce choix, je tiens à la disposition du Service de santé des armées mon petit logo du Centenaire...
Source : Service de santé des armées (4 février 2014).
Lire la suite

La radiologie monte au front : de 1914 à 2014

16 Février 2014 , Rédigé par François OLIER Publié dans #Centenaire

La radiologie monte au front : de 1914 à 2014
NOUVELLE EXPOSITION A BRUXELLES

La radiologie monte au front : de 1914 à 2014

De Radiologie trekt naar het front : van 1914 tot 2014

15 mars 2014 - 15 décembre 2014

Belgian Museum of Radiology - Military Hospital Queen Astrid -

Bruynstreet 2 - B1120 BRUSSELS

tel : +32 2 264 40 97 - Fax : + 32 2 264 40 98 - Email : info@radiology-museum.be

Pour en savoir plus : clic

La radiologie monte au front : de 1914 à 2014
Lire la suite
<< < 1 2 3 4 > >>