Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com

Articles récents

ADMINISTRATION DES HOPITAUX DE L’ASSISTANCE PUBLIQUE DE PARIS DANS LA GRANDE GUERRE, ANNEE 1914

26 Décembre 2015 , Rédigé par François OLIER Publié dans #recherche archives documentation, #les hopitaux

ADMINISTRATION DES HOPITAUX DE L’ASSISTANCE PUBLIQUE DE PARIS DANS LA GRANDE GUERRE, ANNEE 1914
Des « Recueils » précieux pour documenter des expositions thématiques sur le fonctionnement des hôpitaux temporaires en 1914-1918.

J’ai extrait, à dater de la Mobilisation de 1914, les circulaires civiles et militaires du « Recueil des arrêtés, instructions et circulaires réglementaires concernant l'administration générale de l'Assistance publique à Paris » (année 1914), en ligne sur le site de la Bibliothèque nationale de France (www.Gallica.fr) susceptibles d’intéresser les lecteurs du blog. Cette documentation administrative émanant de l’Assistance Publique est complémentaire de celle que nous proposons depuis 2008 dans le « Précis d’organisation et de fonctionnement du service de santé » inclus dans les tomes 1, 2 et 4 de nos volumes des Hôpitaux militaires dans la Guerre 1914-1918 (chez www.ysec.fr). Le lecteur pourra aussi se référer aux nombreux documents extraits des archives parisiennes de l’Assistance Publique, collectés et mis en ligne par Laurent Provost sur son site à découvrir.

Les copies des circulaires émanant de la direction du service de santé du Gouvernement militaire de Paris (DSS/GMP) – qui sont souvent des « copier/coller » des directives de l’administration centrale (7e direction « santé » du Ministère de la Guerre) – éclairent sur les préoccupations hospitalo-militaires en ce début de guerre. Il sera extrêmement intéressant de les découvrir et de les aborder dans le cadre de la préparation d’expositions ou présentations thématiques sur les Hôpitaux temporaires de 1914-1918. L’ensemble documentaire étant désormais facilement accessible en ligne

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6556409r

je n’ai choisi de le développer, dans ce billet, qu’au travers de l’item sur les « hôpitaux » de la table analytique 1914, amendé et complété par mes soins d’un renvoi à la page.

Hôpitaux. (1914) —Lits à la disposition des blessés militaires, c. 6 août 1914, 106 - militarisation, c. 10 août 1914, 110 - contagieux, c. 21 août 1914, 120 – brassards, c. 24 août 1914, 122 - précautions contre les bombes, c. 2 sept. 1914, 136 ; c. 24 sept. 1914 - drapeau de la Croix-Rouge, c. 3 sept. 1914, 136 – hospices : évacuation, c. 7 sept. 1914, 138 - Admission de blessés militaires, c. 29 sept. 1914, 150 - souscriptions en faveur des blessés et malades militaires, c. 1er oct.1914, 157 - état-civil des blessés militaires, c. DSS/GMP, 2 oct. 1914, 158 - statistique quotidienne des militaires blessés et décédés, c. 5 oct.1914, 159 - successions des militaires décédés, c. 10 oct. 1914, 160 - rédaction des actes de décès des militaires, c. CDT/GMP, 18 oct. 1914, 164 – hôpitaux : accès des ministres du culte auprès des blessés militaires, c. 21 oct. 1914, 169 - distribution du tabac de cantine aux blessés militaires, c. MIN/G, 22 oct. 1914, 170 – hôpitaux : billets de sortie des blessés militaires, c. MIN/G, 23 oct. 1914, 172 - plaques d'identité de militaires décédés, c. 31 oct.1914, 176 - état nominatif des militaires admis, c. DSS/GMP, 31 oct. 1914, 177 - Nouvelles aux familles des militaires hospitalisés, c. 1er nov. 1914, 177 - Obsèques des militaires décédés, c. 5 nov. 1914, 179 - Services spéciaux pour les blessés militaires atteints de traumatismes de la face, c. 9 nov. 1914, 181 - Hospitalisation et traitement des militaires, c. 10 nov. 1914, 182 - Envoi en convalescence des militaires, c. 14 nov. 1914, 187 - Remboursement des frais accessoires de séjour des militaires, c. 16 nov. 1914, 188 - concerts pour militaires, c. 18 nov. 1914, 189 - Mesures concernant les corps non réclamés, c. 21 nov. 1914, 190 - Mesures prophylactiques contre le typhus pour le camp retranché de Paris, instruction DSS/GMP, 25 nov. 1914, 192 ; Mesures contre le typhus, c. 27 nov. 1914, 196 - Blessés et malades militaires; sorties et envois en convalescence, c. 14 déc. 1914, 206 - Malades militaires; état décadaire des contagieux, c. 19 déc. 1914, 209 - Blessés et malades militaires; repas de Noël, c. 23 déc. 1914, 212 - Malades et blessés militaires; autorisation de sortie, c. 23 déc. 1914, 212 - Malades et blessés militaires; congés de convalescence, c. 23 déc. 1914, 213 - Malades et blessés militaires; mouvement des entrées et sorties. c. 28 déc.1914, 214.

Autres thématiques présentées dans le « Recueil ».

TABLE ANALYTIQUE 1914 (p. 219-222) : Accidents du travail — Agences — Ambulances — Archives — Assistance à domicile — Assistance aux familles nombreuses — Assistance aux familles privées de leur soutien par suite d'incorporation militaire — Assistance aux femmes en couches — Assistance obligatoire — Bons de logement — Buanderies — Bureaux de Bienfaisance - Cavalerie — Chômage (Secours de) — Comptabilité en deniers — Comptabilité en matières — Congés — Conseil de discipline — Contagieux — Croix-Rouge — Désinfection — Dispensaire de prophylaxie vénérienne — Droit des pauvres — École d'Alembert — École Roudil à Ben-Chicao (Algérie) — École des infirmières — Écoles professionnelles — Enfants assistés — Familles nombreuses — Femmes en couches — Fondations — Hôpitaux – Imprimés — Instituts de puériculture — Inventaires — Laboratoires — Médaille d'honneur de l'Assistance Publique — Médicaments — Militaires — Mobilisés — Mutualités — Personnel – Personnel administratif – Personnel hospitalier – Personnel médical – Personnel ouvrier – Réfugiés – Régime alimentaire - Repos hebdomadaire — Retraites — Retraites ouvrières — Sages-femmes agréées. — Salaires — Secours — Secours national — Sérums — Soldes militaires - Soupes populaires — Travaux — Typhus — Vaccination anti typhique — Vaccination antivariolique — Vêtures — Vieillards, infirmes et incurables.

Le fonds de la BNF (www.Gallica.org) propose l’ensemble des années de guerre (1914-1918) lequel fera l’objet de billets ultérieurs sur ce blog.

Source : Recueil des arrêtés, instructions et circulaires réglementaires concernant l'administration générale de l'Assistance publique à Paris, année 1914. Paris : imp. Chaix, 1915, 222 p.

Pour une connaissance des hôpitaux de l’Assistance Publique pendant la Grande Guerre, l’on se réfèrera à :

L’AP, la guerre. L’Assistance publique dans la Grande Guerre (2014, en ligne)

Une très belle, très luxueuse, monographie typiquement parisienne :

1914-1918, L’hôpital militaire du Grand Palais (dossier pédagogique n°3, version PDF)

Et sur les Hôpitaux militaires parisiens et leurs annexes en 1914-1918, notre tome 2 des Hôpitaux militaires dans la guerre 1914-1918, disponible chez www.Ysec.fr, complété d’un dossier thématique sur les évacuations sanitaires par trains sanitaires 1914-1918.

(Tome 1, France nord-ouest (épuisé) ; tome 2, Paris et France centre-est ; tome 3, France sud-ouest (épuisé) ; tome 4, France sud-est ; tome 5, Zone des étapes et armée d’Orient, à paraître en 2016.)

A SUIVRE

Lire la suite

LES J.M.O. DU SERVICE DE SANTE (1914-1918)

14 Décembre 2015 , Rédigé par François OLIER Publié dans #recherche archives documentation

LES J.M.O. DU SERVICE DE SANTE (1914-1918)
1 - JMO ET MEDECINS REDACTEURS... Pas si simple !

Les chercheurs et curieux intéressés par l'histoire du service de santé dans la Grande Guerre ont déjà pu consulter en ligne, sur Mémoire des Hommes ou, sur place, au musée du service de santé des armées au Val-de-Grâce les journaux de marche et opérations (J.M.O.) des formations sanitaires de campagne. C'est aujourd'hui pour moi l'occasion de faire un point sur les JMO et sur la documentation que je propose depuis deux ans aux lecteurs de mon blog sur ces sources documentaires particulières.

Qui a servi dans un service de santé civil ou militaire contemporain connaît la "réticence quasi atavique" des praticiens surtout hospitaliers à faire de la "paperasse" qu'ils sont prêts à déléguer sans manières... En 1914-1918 il en était de même, d'où la grande hétérogénéité des J.M.O. dont certains sont de véritables torchons, à peine rédigés ; alors que d'autres sont de véritables trésors de minutie et de détails dépassant les desiderata des inspecteurs.

Je vous propose de parcourir ci-après la note de service du médecin inspecteur général Paul Chavasse (1850-1927), directeur général du service de santé en opérations (1914-1917), conseiller médical opérationnel et inspecteur permanent aux armées qui précise et adapte, d'après ses observations relevées sur le terrain, la vieille instruction ministérielle du 5 décembre 1874 du point de vue "santé".

« Note du directeur général du service de santé, n° 4558/s en date du 3 avril 1915.

Les journaux de marche et opérations des formations sanitaires ne sont pas tenus d’une manière assez complète : certains médecins-chefs semblent même en ignorer l’existence.

La tenue de ces journaux offre cependant un grand intérêt pour l’Histoire médico-chirurgicale et militaire de la campagne actuelle. Les médecins-chefs doivent y consigner non seulement les mouvements des formations, mais aussi d’une manière successive, tous les renseignements et évènements dignes d’être mentionnés. Telles sont par exemple les diverses situations tactiques dans lesquelles ont pu se trouver les formations sanitaires par suite des opérations de guerre et des mouvements des troupes, le nombre des blessés reçus après chaque combat, le nombre des malades et blessés admis chaque jour pendant les périodes de marche et de stationnement ; les indications générales sur la nature des blessures de guerre ; les dispositions prises pour les l’hospitalisation des blessés graves et les évacuations, les mesures adoptées pour la prophylaxie des maladies contagieuses ; les propositions faites pour l’assainissement et l’hygiène des localités et des champs de bataille ; l’organisation des cimetières ; les mutations survenues dans le personnel officier ; les décès, les blessures de guerre constatées chez le personnel de la formation et d’une manière générale tous les épisodes saillants et caractéristiques susceptibles d’être conservés dans les annales du service de santé.

Les journaux de marche et opérations sont ainsi le reflet fidèle du fonctionnement et de l’existence même des divers organes du service de santé. Ils seront une source de renseignements précieux pour l’avenir et fourniront un faisceau de documents de la plus haute importance qui permettront d’établir la part prise par le Corps de santé aux évènements mémorables dont nous sommes les témoins.

Il est rappelé que les journaux de marche et opérations ne sont pas la propriété personnelle des médecins : ils appartiennent à la formation. En cas de mutation, le médecin chef doit le transmettre à son successeur et en exiger un reçu. – signé : Chavasse. »

Source : SHD Terre, Vincennes, 26N 300/6, journal des marches et opérations du médecin divisionnaire de la 19e division d’infanterie, JMO du 4 août 1914 au 2 mars 1919, [hors pag.].

2 - A DECOUVRIR, LES SOURCES DES J.M.O

Répertoire numérique des J.M.O. 1914-1918 (PDF) proposé par le site "SourcesdelaGrandeGuerre".

Présentation des J.M.O. sur le site Mémoiredeshommes

NEW (11/11/2015) - Un nouvel outil : la publication tant attendue, sur ce dernier site, des 107 volumes de textes, annexes et cartes de la collection des Armées Françaises dans la Grande Guerre.

3 - A DECOUVRIR SUR LE BLOG DEPUIS DEUX ANS..., LES REFERENCES DES J.M.O. "SERVICE DE SANTE" AU VAL-DE-GRACE :

A LIRE SUR LE BLOG : Présentation du fonds des journaux des marches et opérations, au musée du service de santé des armées au Val-de-Grâce, à Paris :
Les ambulances des DIVISIONS (groupes 70 à 77) :

http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/2016/03/les-jmo-des-ambulances-1914-1918-au-val-de-grace-groupes-70-a-77.html

Les ambulances des DIVISIONS (groupes 60 à 69) :

http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/2016/03/les-jmo-des-ambulances-1914-1918-au-val-de-grace-groupes-60-a-69.html

Les ambulances des DIVISIONS (groupes 50 à 59) :

http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/2015/12/les-jmo-des-ambulances-1914-1918-au-val-de-grace-groupes-50-a-59.html

Les ambulances des DIVISIONS (groupes 40 à 49) :

http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/2015/04/les-jmo-des-ambulances-1914-1918-au-val-de-grace-groupes-40-a-49.html

Les ambulances des CORPS D'ARMEE (groupes 23 à 39) :

http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/2015/02/les-jmo-des-ambulances-1914-1918-au-val-de-grace-23e-au-39e-ca.html

Les ambulances des CORPS D'ARMEE (groupes 16 à 22) :

http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/2014/04/les-j-m-o-des-ambulances-1914-1918-au-val-de-grace-16e-au-22e-c-a.html

Les ambulances des CORPS D'ARMEE (groupes 11 à 15) :

http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/2014/01/les-j.m.o.-des-ambulances-1914-1918-au-val-de-grace-11e-au-15e-ca.html

Les ambulances des CORPS D'ARMEE (groupes 6 à 10) :

http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/2013/12/les-j.m.o.-des-ambulances-1914-1918-au-val-de-grace-6e-au-10e-ca.html

Les ambulances des CORPS D'ARMEE (groupes 1 à 5) :

http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/2013/11/les-j.m.o.-des-ambulances-1914-1918-au-val-de-grace.html

Hôpitaux d'évacuation (3e partie) :

http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/jmo-des-hopitaux-d-evacuation-hoe-1914-1918-au-val-de-grace

Hôpitaux complémentaires d'armée (2e partie) :

http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/jmo-des-hopitaux-militaires-1914-1918-au-val-de-grace-0

Hôpitaux militaires (1ère partie) :

http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/jmo-des-hopitaux-militaires-1914-1918-au-val-de-grace

Lire la suite

LES JMO DES AMBULANCES 1914-1918 AU VAL-DE-GRACE (GROUPES 50 à 59)

6 Décembre 2015 , Rédigé par François OLIER Publié dans #recherche archives documentation

LES JMO DES AMBULANCES 1914-1918 AU VAL-DE-GRACE (GROUPES 50 à 59)

Ils ne passeront pas. On les aura !

Bonjour - J’ai tardé à reprendre le fil du blog après les Massacres islamistes du 13 novembre. Je n’avais pas le cœur à l’ouvrage… et parler de 1914-1918 alors que nous sommes « en Guerre » avait un quelque chose de décalé qui me mettait mal à l’aise dans une société autoproclamée où prime le « vivre ensemble ». L’on parla quelques jours, quelques heures, de Guerre, d’Union sacrée, de Drapeau, de Marseillaise...symboles redécouverts de la Nation qui nous parlent au quotidien à nous autres passionnés de la Grande Guerre. Il paraît, en dépit de tout, qu’il faut continuer à avancer, à consommer, à vivre – traduire : « à résister ! » -… Alors mes amis, Hauts les cœurs !, continuons à faire comme si… et à nous passionner, jusqu’au prochain massacre. Bien à vous! F.O.
Communication des Journaux des marches et opérations (JMO) des ambulances :

Les JMO des ambulances sont détenus par le Musée du service de santé des armées au Val-de-Grâce à Paris, 1 place Alphonse Laveran, 75230 Paris-cedex 05 - Ces JMO ne sont pas numérisés. On peut les consulter sur place à Paris, sur rendez-vous au 01.40.51.44.62. Le musée se situe dans une enceinte militaire avec des mesures de sécurité particulières et régulièrement mises à jour. S’informer avant tout déplacement.

Classification des ambulances de la Guerre 1914-1918 :

« Les ambulances furent affectées à leur mise sur pied, à raison théoriquement d’une par division de cavalerie ; deux, par division d’infanterie ; seize, par corps d’armée… On identifiait ces ambulances par une fraction dont le numérateur représentait un numéro d’ordre, et le dénominateur, le n° de la grande unité de rattachement. Exemple : 1/137, ambulance n°1 de la 137e DI ; 6/5, ambulance n°6 du 5e CA.

Toutefois cette belle architecture ne prévalait que pour le jour de la mobilisation, de la mise sur pied et pour les quelques jours et semaines qui suivirent. Rapidement, lors de la « bataille des frontières » et d’une manière générale lors des mouvements de la « Course à la mer », le rattachement mécanique aux grandes unités (GU) fut bouleversé. Aussi est-il illusoire – comme on peut le lire encore trop souvent – de vouloir rattacher une ambulance quelconque – à de rares exceptions – à l’épopée d’une grande unité durant la Grande Guerre. L’histoire de chaque ambulance doit être singularisée et c’est ce qui fait toute la difficulté du suivi de leurs pérégrinations sur les théâtres de guerre. Ce rattachement évolua rapidement. Il suffit de consulter quelques journaux de marches et opérations (JMO) pour s’en convaincre. Dans un premier temps l’on individualisa l’ambulance en tant que formation sanitaire sans jamais la rattacher à un CA organique qui pouvait se situer à des centaines de kilomètres de l’ambulance déployée au sein d’un nouveau CA. L’on choisit alors de l’identifier par l’appellation générique de « groupe » en lieu et place de CA. Exemple : 10/12, ambulance n°10 du 12e groupe [initialement, en août 1914, 12e CA] » (Olier F, Quénec’hdu JL, Hôpitaux militaires dans la Guerre 1914-1918, III, 20-21).

Billet sur les ambulances (groupes 40 à 49)

Notes succinctes sur les ambulances affectées aux divisions de réserve des groupes 50 à 59 à leur constitution.

50e division d'infanterie (50e DI) – Pas d'existence, sans objet.

51e division de réserve (51e DR) – Affectée à la mobilisation au 4e groupe de divisions de réserve (4e GDR).elle possédait comme les autres divisions de réserve susceptibles d’être employées isolément : un groupe de brancardiers divisionnaires (GBD), trois ambulances, deux sections d’hospitalisation (SH) et une section sanitaire automobile (SSA). A ces formations organiques pouvaient être ajoutées des formations sanitaires d’armée, en particulier des ambulances supplémentaires. Il semble (cf. note supra : 52e DR) que les divisions de réserve aient toutes été alignées, lors de la période de concentration, en août 1914, à cinq ambulances de dotation par DR dont les Journaux des marches et opérations (JMO) sont précisés ci-après.

Ambulance n° 1/51 – 1 vol. (02/08/14-31/12/17) ; 1 vol. (31/12/17-01/03/19)

Ambulance n° 2/51 – Manque

Ambulance n° 3/51 – 1 vol. (04/08/14-21/02/19)

Note : Le cardinal Achille Liénart (1884-1973) affecté comme aumônier « bénévole » à l’amb. n°3/51, en août 1914, nous a laissé un Journal de guerre 1914-1918, Presses universitaires du Septentrion, 2008, 131 p.

Ambulance n° 4/51 – 1 vol. (02/08/14-31/10/15) ; 1 vol. (01/11/15-31/12/16) ; 1 vol. (01/01/17-01/01/18).

Ambulance n° 5/51 – 1 vol. (02/08/14-31/0816) ; 1 vol. (31/08/16-01/01/19).

52e division de réserve (52e DR) – était mise à la Mobilisation à la disposition de la 5e armée. Le journal des marches et opérations du médecin divisionnaire (médecin principal de 2e classe Augias) nous éclaire sur les dotations organiques de la 52e DR en dotations « santé » organiques. Ainsi Augias disposait le 13 août 1914 de cinq ambulances en dépit de la dotation du tableau d’effectif et de dotation (TED Guerre) des divisions de réserve qui n’en prévoyait que trois. Il en demandait aussitôt le reversement, d’autant que ses deux sections d’hospitalisation étaient constituées, d’une manière non réglementaire, à partir du matériel sanitaire incomplet d’un hôpital de campagne [type 1892] numéroté n°4. Pour lui, ces deux formations sanitaires excédentaires « paraissent être des éléments d’armée envoyés par erreur à la 52e DR ». En poursuivant ses contrôles le médecin divisionnaire constatait le 16 août 1914 que l’ambulance n°3, qu’il pensait complète et opérationnelle ne l’était pas ; elle avait été, elle aussi, constituée avec les dotations anciennes et incomplètes d’un hôpital de campagne [1892] numéroté n°1… Il demandait aussitôt, à la 5e armée, l’annulation de sa demande d’ordre de versement des ambulances n°4 et n°5 ; de manière à disposer de leurs dotations pour aligner ses trois ambulances organiques…Incertitude et méconnaissance des dotations sanitaires à tous les niveaux généraient de fausses informations encore véhiculées de nos jours (cas des informations erronées sur les formations sanitaires à la mobilisation prises en compte dans les AFGG***).

Ambulance n° 1/52 – 1 vol. (11/08/14-31/12/15) ; 1 vol. (01/01/16-31/12/16) ; 1 vol. (01/01/17-31/12/17) ; 1 vol. (01/01/18-30/10/18) ; manque du 31/10/18 au 6/02/19 – 1 vol. (06/02/19-22/03/19).

Note : Le médecin aide-major Georges Faleur (1876-1935) affecté à l’amb. n°1/52, dès la Mobilisation, a laissé un journal de guerre : Laëtitia Leick, Journal de guerre de Georges Faleur, Metz, Centre régional universitaire lorrain d’histoire, 2007, 358 p.

Ambulance n° 2/52 – 1 vol. (11/08/14-31/12/16) ; 1 vol. (01/01/17-31/01/19).

Ambulance n° 3/52 – 1 vol. (11/08/14-24/05/18) ; 1 vol. (25/05/18-11/04/19)

Ambulance n° 4/52 – 1 vol. (06/08/14-31/12/16) ; Manque du 01/01/17 au 26/05/18 ; 1 vol. (27/05/18-08/07/18) ; Manque depuis le 09/07/18.

Ambulance n° 5/52 – 1 vol. (06/08/14-5/04/17) ; manque du 06/04/17 au 01/02/18 ; 1 vol. (02/02/18-30/01/19).

53e division de réserve (53e DR) – était mise à la Mobilisation à la disposition du 4e Groupe de divisions de réserve.

Ambulance n° 1/53 – 1 vol. (07/08/14-27/09/16) ; 1 vol. (28/09/16-31/12/16) ; Manque du 01/01/17 au 31/12/17 ; 1 vol. (01/01/18-01/03/19).

Ambulance n° 2/53 – 1 vol. (10/08/14-31/12/16) ; manque depuis le 01/01/17.

Ambulance n° 3/53 – 1 vol. (07/08/14-31/12/16) ; 1 vol. (01/01/17-31/12/17) ; 1 vol. (01/01/18-31/12/18) ; 1 vol. (01/1/19-16/03/19).

Ambulance n° 4/53 – manque avant le 14/08/15 ; 1 vol. (14/08/15-31/01/19).

Ambulance n° 5/53 – 1 vol. (08/08/14-31/12/16) ; 1 vol. (01/01/17-31/12/17) ; 1 vol. (01/01/18-18/06/19).

54e division de réserve (54e DR) – était mise à la Mobilisation à la disposition du 3e Groupe de divisions de réserve. Elle fut entièrement disloquée dès le 4 septembre 1914.

Ambulance n° 1/54 – 1 vol. (12/08/14-27/12/16). Passe à l’armée d’Orient et devient ambulance alpine n° 13 (31/01/17).

Ambulance n° 2/54 – 1 vol. (11/08/14-30/04/18) ; 1 vol. (01/05/18-25/02/19).

Ambulance n° 3/54 – inconnu

Ambulance n° 4/54 – inconnu

Ambulance n° 5/54 – inconnu

55e division de réserve (55e DR) – était mise à la Mobilisation à la disposition du 3e puis du 5e Groupe de divisions de réserve

Ambulance n° 1/55 – 1 vol. (04/08/14-23/09/16) ; manque du 23/09 au 23/10/16 ; 1 vol. (24/10/16-31/12/17) ; 1 vol. (01/01/18-11/09/18).

Ambulance n° 2/55 – 1 vol. (10/08/14-11/12/18).

Ambulance n° 3/55 – 1 vol. (08/08/14-28/02/19).

Ambulance n° 4/55 – 1 vol. (04/08/14-31/08/15) ; 1 vol. (01/09/15-31/12/16) ; 1 vol. (01/01/17-20/04/18) ; manque depuis le 21/04/18.

Ambulance n° 5/55 – manque avant le 01/01/17 ; 1 vol. (01/01/17-19/02/19).

56e division de réserve (56e DR) – était mise à la Mobilisation à la disposition du 3e Groupe de divisions de réserve

Ambulance n° 1/56 – 1 vol. (13/08/14-31/12/16) ; 1 vol. (01/01/17-31/12/17) ; 1 vol. (01/01/18-07/01/19).

Ambulance n° 2/56 – 1 vol. (29/08/14-28/02/19). Précédé d’un résumé du 13 au 29 août 1914, le journal ayant été brûlé le 26/08/14.

Ambulance n° 3/56 – Manque

Note : Yoyotte, Cyr. Les phtiriases et la gale aux armées. Leur traitement dans une ambulance de l'avant (amb. 3/56). Th. Méd. Paris, 1915.

Ambulance n° 4/56 – 1 vol. (14/08/14-16/03/16) ; 1 vol. (16/03/16-13/12/17) ; 1 vol. (14/12/17-28/02/19).

Ambulance n° 5/56 – 1 vol. (02/08/14-31/12/16).

Note : Le médecin auxiliaire puis sous-aide-major Lucien Laby (1892-1982) a servi, dès août 1914, au Groupe de brancardiers divisionnaires de la 56e DR. Plusieurs éditions de ses Carnets sont disponibles : Les carnets de l’aspirant Laby, médecin dans les tranchées (28 juillet 1914-14 juillet 1919), Paris, Bayard, 349 p.

57e division de réserve (57e DR) – passe à l’armée d’Orient en octobre 1915.

Ambulance n° 1/57 – Manque

Ambulance n° 2/57 – 1 vol. (19/08/14-16/08/19). Copie partielle (19/08-27/09/14). Fonctionnement à l’armée d’Orient, du 03/11/15 au 16/08/19.

Ambulance n° 3/57 – 1 vol. (05/08/14-13/08/18). Manque depuis le 14/08/18.

Ambulance n° 4/57 – inconnu

Ambulance n° 5/57 – inconnu

58e division de réserve (58e DR) – était mise à la Mobilisation à la disposition du 1er Groupe de divisions de réserve

Ambulance n° 1/58 – 1 vol. (04/08/14-31/03/15) ; 1 vol. (01/04/15-02/10/16) ; 1 vol. (03/10/16-31/12/16) ; 1 vol. (01/01/17-24/02/19).

Ambulance n° 2/58 – 1 vol. (03/08/14-31/12/16) ; 1 vol. (01/01/17-01/04/19).

Ambulance n° 3/58 – 1 vol. (15/08/14-31/12/16) ; 1 vol. (01/01/17-28/02/19).

Ambulance n° 4/58 – 1 vol. (14/08/14-31/01/19).

Ambulance n° 5/58 – 1 vol. (15/08/14-31/12/16) ; 1 vol. (01/01/17-31/12/17) ; manque depuis le 01/01/18.

59e division de réserve (59e DR) – était mise à la Mobilisation à la disposition du 2e Groupe de divisions de réserve

Ambulance n° 1/59 – 1 vol. (14/08/14-14/09/16) ; 1vol. (21/09/16-01/03/19).

Ambulance n° 2/59 – 1 vol. (14/08/14-25/05/19). Fonctionnement à l’armée d’Orient du 29/10/15 au 26/05/19.

Ambulance n° 3/59 – 1 vol. (15/08/14-31/12/16) ; 1 vol. (01/01/17-31/12/17) ; 1 vol. (01/01/18-01/03/19).

Ambulance n° 4/59 – 1 vol. (06/08/14-25/06/15) ; 1 vol. (25/06/15-8/09/16) ; 1 vol. (01/08/18-30/04/19).

Ambulance n° 5/59 – 1 vol. (15/08/14-28/10/14) ; 1 vol. (29/10/14-28/06/15) ; 1 vol. (29/06/15-04/02/16) ; 1 vol. (04/02/16-26/04/17) ; 1 vol. (27/04/17-22/11/17) ; 1 vol. (23/11/17-10/07/18) ; 1 vol. (10/07/18-28/02/19).

Prochain billet : les JMO des ambulances (groupe 60 à 69)

Mise à jour : 2 mars 2016.
Lire la suite

"FEMMES EN GUERRE. DEUX ANGLAISES AU CHEVET DES POILUS"

17 Novembre 2015 , Rédigé par François OLIER Publié dans #varia

"FEMMES EN GUERRE. DEUX ANGLAISES AU CHEVET DES POILUS"

Un webdocumentaire de Marie Valla, France24

Texte de Marie Valla - « Depuis cent ans, la bravoure des poilus, héros de la Première Guerre mondiale, a été maintes fois louée. Leurs sacrifices et leurs souffrances ont fait l’objet de bien des livres et des films. Mais la guerre a aussi été une affaire de femmes. Pas seulement à l’arrière, où elles s’éreintaient dans les champs et les usines d’armement en priant pour que leurs fils et leurs maris reviennent vivants des combats. Certaines d’entre elles se trouvaient aussi plongées dans la barbarie du front.

Le dévouement et l’abnégation de ces femmes ont longtemps été sous-estimés. Marcia et Juliet Mansel, deux jeunes Anglaises de bonne famille, se sont portées volontaires comme infirmière en France, et n’ont eu de cesse, pendant quatre ans, de soulager et soigner les soldats blessés, prodiguant parfois leurs soins à quelques encablures des premières lignes.

De ces aventurières, reste aujourd’hui une correspondance abondante que France 24 a pu consulter, un témoignage inédit de la guerre au féminin, menée par Marcia et Juliet. »

Lire la suite

HOPITAUX TEMPORAIRES DU PAYS DE RETZ (1914-1918)

10 Novembre 2015 , Rédigé par François OLIER Publié dans #varia, #Bretagne 1914-1918

HOPITAUX TEMPORAIRES DU PAYS DE RETZ (1914-1918)

Paimbœuf : « Les hôpitaux temporaires du Pays de Retz » mis en scène

SORTIE DU WEEK-END

Poursuite de l’exposition « Hôpitaux temporaires du Pays de Retz » à l’invitation de l’association Quai des arts et du patrimoine paimblotin (QAPP), par le collectif Vas-nus pieds superbes…

jusqu’au 3 décembre 2015 au Hangar, quai Sadi Carnot à Paimbœuf (Loire-Atlantique), du mardi au samedi de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h, le dimanche de 14 h à 18 h 30.Fermé le lundi. 

Renseignements auprès de l’office de tourisme.

Lire la suite

CAHIERS D’ARCHIVES…

9 Novembre 2015 , Rédigé par François OLIER Publié dans #varia, #les hopitaux

CAHIERS D’ARCHIVES…

"Cahiers d'archives"... Gironde, Bordeaux... Des archives… des histoires.

Madame Monique Lambert, collaboratrice du site, m’a fait découvrir les « Cahiers d’archives », site de l’association éponyme bien connue dans le sud-ouest et bien au-delà…

A mon tour je vous laisse découvrir ces « Cahiers » dont plusieurs études renvoient à des thématiques sanitaires sur la Grande Guerre qui me sont chères :

Le dernier article en date présente « l’hôpital militaire » de Saint-Denis-de-Pile (par Francine Guionie, présidente de l' association "Au Fil du Temps" en collaboration avec Jocelyne Dubreuil.) ; auquel je peux apporter quelques compléments, dont des extraits de l’ouvrage co-écrit avec Jean-Luc Quénech’hdu : Les hôpitaux militaires dans la Guerre 1914-1918, chez Ysec, tome III (épuisé), p. 292 et beaucoup d’autres éléments restés inédits que je conservais devers moi par manque de place dans la première édition en cinq volumes (dont quatre sont publiés) et que je partage dorénavant avec les abonnés de mon blog.

Hôpital auxiliaire n° 63, Saint-Denis-de-Pile, relevant de la société de secours aux blessés militaires (SSBM) – Ecole communale de garçons (ancien collège ecclésiastique), puis maison privée, rue Lafayette, au bourg. – 60 lits – Ouvert le 3 septembre 1914 – fermeture (compte-rendu au sous-secrétariat d’Etat) : 23 décembre 1918. 894 hospitalisés - Médecin et administrateur : docteur Louis Rabaine. - Comptable : Eugène Bosc. - Madame Elisa Dufour,infirmière,Présidente du Comité des dames. - Madame Marguerite Rabaine,directrice générale - Madame Louise Peyreblanque, Madame Mathis, Madame Marie-Louise Tilh, Mademoiselle Sarah BRUNET, Infirmières bénévoles. - Mademoiselle Anne-Marie Rabaine,directrice de la Lingerie, Mademoiselle Adrienne Jean,Lingerie.(Services ininterrompus du 3 Septembre 1914 au 4 Décembre 1918). - Bienfaiteurs : Communes, sociétés et personnes qui contribuèrent à la fondation et à l'entretien de l'hôpital. - Les Communes de Saint-Denis-de-Pile, Bonzac, Savignac et de Guitres ont prêté les objets de literie et de lingerie nécessaires au fonctionnement de l'hôpital, - Messieurs Calvé, Delft et cie, huilerie de Laubardemont ont fourni gratuitement et de façon toute spontanée, toute l'huile à manger dont l'hôpital a eu besoin pendant toute sa durée. - L' abbé Monteuil (Société électrique d'Abzac) a donné gratuitement l'électricité pour l'éclairage de l'hôpital durant tout son fonctionnement. - Madame Noélie Pezat,  Mademoiselle Boisbelet du village de Gratien, Madame Marie-Louise Brodu se sont occupées de recueillir des oeufs pour les blessés.(Musée du service de santé des armées, carton 192 et bulletin SSBM, n° 16, jan. 1920, p. 47-49).

Pour les recherches sur les archives médico-militaires, collectives et individuelles, se renseigner auprès du service des archives médicales et hospitalières des armées :

A lire, les articles de Madame Monique Lambert dans les « Cahiers » sur les hôpitaux militaires de Gironde :

http://www.cahiersdarchives.fr/index.php/20-publications/guerre-de-1914/58-les-hopitaux-militaires-en-gironde-en-1914

http://www.cahiersdarchives.fr/index.php/20-publications/guerre-de-1914/153-rue-des-trois-conils-un-hopital-militaire-benevole-pendant-la-guerre-de-1914

http://www.cahiersdarchives.fr/index.php/20-publications/guerre-de-1914/154-la-solitude-a-martillac-des-blesses-dans-les-vignes

Je terminerai par ce lien récent sur mon blog (billet du 15 septembre 2015) vers le numéro spécial, n° 188, des Cahiers du Bazadais sur les hôpitaux militaires 1914-1918 (résultat d’une collaboration fructueuse avec Dominique Barraud, un enquêteur hors pair, d’une gentillesse et d’une ténacité à toute épreuve).

A l’instar, des « Cahiers d’Archives », moi aussi j’explore et je partage mes découvertes d’archives avec les abonnés de mon blog… Longue vie aux "Cahiers d’Archives" !

Lire la suite

HOPITAUX MILITAIRES AU FORUM DE MAIGNELAY (OISE)

5 Novembre 2015 , Rédigé par François OLIER Publié dans #varia

HOPITAUX MILITAIRES AU FORUM DE MAIGNELAY (OISE)

Samedi 14 novembre 2015, à Maignelay (Oise) - « Forum des associations historiques et culturelles du Plateau Picard ».

La société historique de Maignelay-Montigny et l’association « Collectif Mémoires d’ici » vous invitent à participer à la 8e édition du « Forum des associations historiques et culturelles du Plateau Picard ». Cette huitième édition se tiendra à Maignelay (Oise), dans la salle du Marmouset, rue de Saint-Just, le samedi 14 novembre 2015, de 10 heures à 12 heures et de 14 heures à 18 heures.

Programme : 10 h00 : Ouverture du Forum au public ; 11 h00 : Inauguration officielle du Forum ; 15 h00 -18 h00 : Interventions et exposés de chacune des sociétés représentées ; 18 h00 : Clôture du Forum.

À l’occasion de ce forum et de son inauguration, sera officiellement présenté le volume 4 de Mémoires d’ici, dans lequel un article à thématique sanitaire sur la Grande Guerre a retenu notre attention : celui de Guy Isambart sur « les hôpitaux militaires de Breteuil-sur-Noye, Breuil-le-Sec, Clermont, Litz et Saint-Just-en-Chaussée pendant la Grande Guerre ». Cet article fera également l’objet d’un exposé par l’auteur et représentera la Société Archéologique et Historique de Clermont (S.A.H.C) .

Lire la suite

ENQUETE A L'HA 105 DE GOURIN (MORBIHAN)

2 Novembre 2015 , Rédigé par François OLIER Publié dans #varia, #Bretagne 1914-1918

ENQUETE A L'HA 105 DE GOURIN (MORBIHAN)

VARIA

Je vous propose aujourd’hui deux documents intéressant l’hôpital auxiliaire n° 105 de Gourin lequel relevait, en 1918, de l’Union des Femmes de France (UFF). Il s’agit ici d’une enquête, parmi des milliers d'autres, confiée par le sous-secrétaire d’Etat au service de santé à la direction régionale du service de santé de la 11e région militaire de Nantes. Cette direction qui supervisait le fonctionnement hospitalier militaire dans les départements de la Loire-Inférieure, du Morbihan, de la Vendée et du Finistère, délégua à Gourin son directeur adjoint, le médecin principal Pailloz. Ce dernier, en charge du contrôle des hôpitaux permanents et temporaires de la 11e région, du contentieux et de la chasse aux blessés dont le traitement pouvait « traîner » dans les formations temporaires isolées. le docteur Pailloz traitait quotidiennement ce type de demande émanant du ministère de la Guerre, ayant pour origine des interventions parlementaires, épiscopales ou des lettres anonymes...

HA 105 – Institution Saint-Yves, Gourin – capacité hospitalière : 90 lits ; 66 lits (mars 1917) ; 50 lits (1918) - Première hospitalisation : 12 septembre 1914 – Dernière hospitalisation : 27 décembre 1918 – 1466 hospitalisés – 12 décès – Décision ministérielle de fermeture n° 36565-1/7 du 21 décembre 1918 et compte-rendu de fermeture du 31 décembre 1918. L’HA 105 disposait aussi d’une annexe, fermée le 1er mars 1916.

Circulaire n° 5579-3/7 du 13 avril 1918Objet : au sujet de l’H.A. 105 à Gourin (Morbihan) - Le sous-secrétariat d’Etat du service de santé militaire à Monsieur le directeur du service de santé de la 11e région militaire à Nantes, sous couvert de M. le Général commandant la région. – «Mon attention a été appelée sur l’hôpital auxiliaire n°105 à Gourin (Morbihan), où les « militaires en traitement seraient obligés de faire eux-mêmes leurs pansements. Les malades sauteraient le mur pendant la nuit. Un de ceux-ci serait mort à la suite d’une chute faite dans ces conditions. Le caporal infirmier se livrerait à la boisson. » J’ai l’honneur de vous prier de vouloir bien inviter le directeur adjoint à procéder à une enquête au cours de sa prochaine inspection et à consigner ses observations dans le rapport mensuel ». Signé, Pour le sous-secrétaire d’Etat, le médecin principal de 1ère classe Pouy. (1 page, dact.)

Morlaix, le 15 Mai 1918. - Rapport du médecin-principal de 1ère classe Pailloz, directeur-adjoint du service de santé de la 11e région, au sujet de l’H.A 105 de Gourin. – « Le 13 mai 1918, J’ai procédé à l’H.A. 105 de Gourin (Morbihan) à l’enquête prescrite par la lettre ministérielle n°5579-3/7, en date du 13 avril 1918. Arrivé à l’improviste à Gourin, je me suis d'abord rendu à la Gendarmerie et ai demandé quelques renseignements au chef de la brigade. Ce sous-officier m’a déclaré que depuis plus de huit mois (date de son arrivée à Gourin) il n’avait aucune plainte à formuler contre les malades de l’hôpital et qu’il n’était pas à sa connaissance que ces derniers sautent le mur pendant la nuit. A l’Hôpital, j’ai interrogé le médecin-chef, le personnel infirmier et les malades; ces derniers à part et en dehors de la présence du médecin et des religieuses. Dix malades et blessés restent actuellement en traitement dont deux (intransportables), sont soignés depuis trois mois et plus pour des tuberculoses chirurgicales. Tous sans exception m’ont déclaré que jamais un blessé n'avait été obligé de faire lui-même son pansement. Les pansements sont tous et toujours faits : importants par le médecin lui-même ; insignifiants, par les trois religieuses infirmières. Trois religieuses couchent à l’hôpital, dont les portes sont fermées à la tombée de la nuit et dont les murs sont assez élevés (2m50). Dans les rondes qu’elles font chaque nuit, les religieuses n’ont jamais constaté l’absence d’un malade et elles ne se sont jamais aperçu que les malades ou blessés, sautaient le mur pendant la nuit. Deux décès ont eu lieu depuis novembre 1917: l’un, le 4 novembre 1917 est celui d’un homme atteint de myocardite avec asystolie, entré au cours d’une permission et toujours intransportable. L'autre est celui d’un autre malade, atteint de tuberculose et qui entré le 8 mars 1917 fut toujours intransportable. J’ai souvent vu ces deux hommes au cours de mes inspections. Il n’y a pas eu d’autre décès à l’hôpital de Gourin. Il n’y a pas de caporal infirmier à l’hôpital de Gourin mais un infirmier soldat de 2° classe: Le médecin, les religieuses et les malades n’ont jamais constaté que cet homme s’enivrait. Je conclus donc que les accusations portées au sous-secrétariat d’Etat du service de santé (accusations qui sont énumérées dans la lettre précitée) sont fausses. » (1 feuille, dact., recto-verso)

Source : Collection particulière, correspondance docteur Pailloz.

Lire la suite

HOPITAL AUXILIAIRE N° 29 DE RIVES (ISERE)

21 Octobre 2015 , Rédigé par François OLIER Publié dans #les hopitaux

HOPITAL AUXILIAIRE N° 29 DE RIVES (ISERE)

La Grande Guerre à Rives, à travers un « album-souvenir » devenu un « trésor » de bibliophilie…

Madame Geneviève Delafon qui prépare un article pour les Chroniques Rivoises sur les soldats blessés hospitalisés à l’hôpital auxiliaire n°29 de Rives (Isère) et sur l’analyse de leurs courriers de remerciements adressés à la direction de cet hôpital temporaire, m’a signalé l’existence d’un « album-souvenir » sur cette formation hospitalière d’une centaine de lits. Cet ouvrage à petit tirage – de l’ordre de 200 exemplaires - exceptionnellement illustré devenu introuvable mériterait une analyse bibliographique complète qui ne paraît pas avoir été faite. Je suis d'ailleurs "preneur" de toute information à ce sujet. Madame Carole Darnault, présidente d’ARAMHIS, la revue d’histoire du pays rivois, m’a aimablement communiqué la référence d’un article publié dans sa revue en 1991 - disponible en PDF - qui s’inspire de cet album-souvenir du HA 29.

Hôpital auxiliaire n°29, relevant de la société de secours aux blessés militaires de la 14e région militaire, implanté dans les dortoirs de la papeterie Blanchet Frères et Kléber (BFK), du 1er septembre 1914 au 27 janvier 1919. Quelques compléments à la notice historique publiée dans les Hôpitaux militaires dans la Guerre 1914-1918, tome 4, p. 174 :

Ouverture de l’hôpital et accueil du premier blessé : 1er septembre 1914 – Dernière entrée (admission) d’un hospitalisé : 24 décembre 1918- Dernière sortie : 27 janvier 1919, évacuation sur l’hôpital complémentaire n° 30 de Grenoble lequel fermera en novembre 1919. Fermeture administrative par décision ministérielle n° 1156.B-1/7 du 10 janvier 1919 du sous secrétaire d’Etat au service de santé militaire. L'hôpital ferma après avoir accueilli 2118 hospitalisés pour une capacité hospitalière qui varia de 92 à 100 lits.

Sources : Musée du service de santé des armées, Paris, carton 187 – Roger Menu, L’hôpital militaire auxiliaire n° 29 de Rives, dans les Chroniques rivoises, n° 11, avril 1991, p. 9-13 – Bull. SSBM, n° 13, avril 1919, p. 395.

http://www.aramhis.org/

Cette association très active a déjà présenté en 2014 (nov-décembre) une exposition sur "les Rivois dans la Grande Guerre". Gageons que lors d'une prochaine exposition, l'ouvrage sur l'hôpital auxiliaire n°29, sera une nouvelle fois mis à l'honneur.

Lire la suite

CONFERENCE : HOPITAUX D’AVALLON 1914-1919

19 Octobre 2015 , Rédigé par François OLIER Publié dans #varia

CONFERENCE : HOPITAUX D’AVALLON 1914-1919

HOPITAUX D’AVALLON 1914-1919

Conférence le 11 novembre 2015 à 16h à la mairie de Quarré-les-Tombes (Yonne), de Madame Nicole Roy-Gillot sur les hôpitaux civils et militaires d’Avallon dans la Grande Guerre.

invitée par l’Association Mémoire Vivante du Canton de Quarré-les-Tombes dans le cadre de son exposition 1914-1918, Madame Roy-Gillot présentera un diaporama illustré de nombreux extraits et agrandissements de photos, cartes postales anciennes sur les hôpitaux permanents et temporaires d’Avallon.

Lire la suite
<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 > >>