Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com

Le « Festungslazarett III Von Metz » (1912-1918)

26 Septembre 2013 , Rédigé par François OLIER Publié dans #les hopitaux

Le « Festungslazarett III Von Metz » (1912-1918)
Du « Festungslazarett III Von Metz » (1912-1918) à l'hôpital d'instruction des armées "Legouest"

L’hôpital d’instruction des armées Legouest de Metz a édité à l’occasion du centenaire de son infrastructure un ouvrage collectif : L’hôpital militaire Legouest, 100 ans d’Histoire à Metz, Metz : Lavauzelle, 2012, 148 p. dont le chapitre II traite de sa construction et de la guerre 1914-1918 : « Le Festungslazarett III Von Metz, 1912-1918 » (p. 25-37).

Le nouvel hôpital militaire (hôpital de forteresse) qui se substitua progressivement à l’ancienne infrastructure plus que centenaire du « Fort Moselle » (1732-1918), connue pour avoir abrité l’hôpital-amphithéâtre du Roi, fut implanté en 1912 sur la commune de Plantières, rattachée à la ville en 1906. L’hôpital fut édifié sur l’ancienne lunette de la Cheneau au fort Gisors, préalablement nivelée et dont il subsiste aujourd’hui encore des vestiges enfouis régulièrement mis au jour. Les travaux de gros œuvre durèrent de 1912 à 1914. A la déclaration de guerre, l’infrastructure n’était pas opérationnelle et il fallut attendre le 31 mai 1916 pour que le « Festungslazarett III » et ses 504 lits soient officiellement remis au service de santé de l’armée allemande. Le 2 juin 1916, l’hôpital était inauguré, en présence de Carl Adolf Von Oven (1855-1937)*, gouverneur militaire de Metz ; lequel déclara à cette occasion : « c’est le plus beau, le mieux installé et le plus moderne de tous les établissements du même genre dans toute l’étendue de l’Empire allemand ».

L’ensemble, de type pavillonnaire dispersé sur 8 hectares dont 13000 m2 de surfaces bâties, comprenait 17 bâtiments dont sept d’hospitalisation sur deux ou trois niveaux. Les services techniques et logistiques étaient « réputés très modernes » : installation centrale de chauffage à eau chaude, installation électrique, établissement frigorifique, blanchisserie-buanderie, etc. L’ouvrage historique aborde très, trop rapidement l’activité du Festungslazarett III, de 1916 à 1918, à travers le prisme d’un roman-témoignage d’Adrienne Thomas, pseudo d’Hertha Adrienne Straucht (1897-1980) : « Die Katrin Wird Soldat » (1930) traduit en 1932 chez Stock en « Catherine soldat » dont l’héroïne sert à Metz de mars 1916 au 7 décembre 1917. L’hôpital est alors une formation hospitalière de 687 lits : 19 lits pour officiers, 200 pour blessés, 46 d’ophtalmo, 54 pour les contagieux et 368 lits de médecine. Le chapitre se termine sur la prise de possession de Metz, le 9 novembre 1918, par un conseil révolutionnaire de soldats et d’ouvriers ; « pagaille » de moins de dix jours qui se clôturera avec l’arrivée des troupes françaises, le 19 novembre 1918. Le Festungslazarett III devient « hôpital de Plantières ». En 1933 il prendra le nom du médecin inspecteur général Venant Antoine Léon Legouest (1820-1889), l’un des pères de l’autonomie du service de santé militaire qui était natif de Metz, de souche bretonne.

Ce livre est très richement illustré et agréable à lire. C’est l’une des rares monographies – pour ne pas dire la seule - sur les hôpitaux militaires français contemporains - ; laquelle monographie mériterait de servir de modèle aux autres structures hospitalières militaires et navales aussi riches d’Histoire(s). Je regrette seulement le rapide survol de l’organisation et du fonctionnement de ce jeune hôpital en 1916-1918…

* rectification le 24 avril 2016 (voir commentaires).

Sources : Laparra et Hesse. Les chemins de la souffrance… Le service de santé allemand. Saint-Mihiel – Hauts-de-Meuse-Woëvre-Metz, 1914-1918. Louviers : éd. Ysec, 2004, p. 82-87.

Vous pouvez acquérir cet ouvrage auprès de l'Amicale des personnels de l'HIA Legouest, 27 avenue de Plantières. 57077 Metz-Cedex 3 (à l'attention de M. Dominique Lecomte).
Pour en savoir plus :

Le service de santé de l'armée allemande :

A Paraître en octobre 2014, le tome 4 des Hôpitaux militaires dans la guerre 1914-1918, France sud-est.:

Pour en savoir plus sur les hôpitaux militaires allemands à Metz (1914-1918) :

Festungslazarette (Fest.Laz. - hôpitaux de forteresse) Metz : Fest.laz. I, fort Moselle (1914-1918) ; Fest.laz. II, à Montigny-les-Metz (1914-1918) ; Fest.laz. III, à Queuleu-Plantières (1916-1918).

A ces hôpitaux principaux sont rattachés des hôpitaux civils et auxiliaires :

Marienshospital, hôpital Sainte-Marie des sœurs de l’Espérance (1914-1918) ; St. Nikolaus (1914-1918) ; Israel krankenhaus, hôpital israëlite (1915-1916) ; Fest.Laz. Hohenlohestrasse (1915-1918) ; Fest.laz. zur mütterlichen Liebe, Œuvre de la Charité maternelle (1914-1918) ; Fest.Laz. Blandinenstift, Œuvre de Sainte-Blandine (1914-1918) ; Fest.Laz. Mathildensift, Œuvre Mathilde (1914-1918) ; Fest.Laz. Städt. Krankenhaus, hôpital municipal (1914-1918) ; Fest.Laz. Paixhansschule, école Paixhans ; Fest.Laz. Lehrerseminar à Montigny–les-Metz, école normale ; Fest.laz. Hörere Mädchenschule, école supérieure de jeunes filles ; Fest.laz. St. Bernhard, école Saint-Bernard ; Fest.Laz. Hotel Terminus ; Fest.Laz Gewerbehaus, chambre des métiers ; Fest.Laz. Zum Storcken, restaurant « A la Cigogne » ; Fest.Laz. Asfeldstrasse, Grand séminaire, rue d’Asfeld ; Fest.Laz. Knabenseminar à Montigny-les-Metz, Petit séminaire ; Fest.Laz. Kriegsschule, école d’officiers ; Fest.Laz. St. Klemens, institution Saint-Clément ; Fest.Laz. Lyceum ; Fest.Laz.Vereinshaus.
Pour en savoir plus sur les formations sanitaires françaises à Metz (nov. 1918-mars 1919) :

Ambulance n° 2/85 (nov. 1918) passe en décembre 1918 à l’hôpital militaire de Saint-Avold. Son journal des marches et opérations est consultable au musée du Val-de-Grâce (non numérisé) : JMO du 14 janvier 1915 au 1er mars 1919.

Ambulance n° 245 (nov. 1918) et hôpital d’évacuation (HoE) n° 12, 2e section (nov. 1918 au 2 mars 1919) qui deviendra ensuite hôpital militaire de Plantières. Absence des J.M.O. de ces deux formations sanitaires dans les fonds documentaires du Val-de-Grâce.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

hopitauxmilitairesguerre1418 24/04/2016 15:42

Bonjour et merci pour votre commentaire.
Je corrige sur le blog et transmets aux auteurs.
cordialement

Philippe 24/04/2016 13:59

Bonjour, où avez-vous trouvé ce non du gouverneur de Metz en 1916 lors de l'inauguration de l'hôpital futur Legouest ??? Il s'agit en réalité de Carl Adolph von Oven (1855 - 1937). Ne pas confondre avec Ernst von Oven (1859-1945) qui devait peut-être être un lointain cousin (??) Carl Adolph von Oven avait un frère Ernst (1861-1935). Il ne faut pas prendre les écrits comme parole d'évangile. Il faut aller aux vrais sources. C'est ainsi que les "erreurs" se transmettent d'écrit en écrit... ou de livre en livre...

becker 22/01/2015 20:35

Comment retrouver une personne (mon arrière. Grand pere soldat allemand. )1914_1918 décédé festungnazarett 3
Le mon walter jean_johann

29/01/2015 21:37

Je suis désolé mais je n'en ai aucune idée. Vous pouvez essayer le service des archives médicales et hospitalières des armées de Limoges. Il est possible que les armées françaises en réoccupant l'hôpital aient récupéré les registres d'état-civil... mais j'en doute.
Vous trouverez un lien ci-après qui vous permettra de préparer votre question pour cet organisme : http://hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com/2014/04/comment-effectuer-une-recherche-individuelle-aupres-du-service-des-archives-medicales-et-hospitalieres-des-armees-samha-de-limoges.h
Vous pouvez essayer la mairie de Metz et son service d'archives municipales? En fait ce ne sont que des pistes... Bon courage pour votre recherche