Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com

AMBULANCE DE L’ ASSOCIATION DES DAMES FRANCAISES (ADF) DE BRUXELLES (13 AOUT-15 OCTOBRE 1914)

9 Juin 2015 , Rédigé par François OLIER Publié dans #les hopitaux

AMBULANCE DE L’ ASSOCIATION DES DAMES FRANCAISES (ADF) DE BRUXELLES (13 AOUT-15 OCTOBRE 1914)

Une ambulance française à Bruxelles dans la Guerre 1914-1918.

Extrait du bulletin de l’Association :

« L’ambulance de la section des Dames Françaises [Association des Dames Françaises (ADF)] de Bruxelles fut organisée dès le début des hostilités dans les appartements de la Société française de Banque et de Dépôts, mis gracieusement à sa disposition. Le service médical et un service de radiographie furent rapidement installés et deux infirmières diplômées, très au courant de leur profession, organisèrent la salle d’opérations et en assurèrent le service. Un groupe de messieurs remplirent les fonctions de brancardiers, et le ser­vice des salles de malades, de la lingerie et de la cuisine fut confié à des religieuses et à des dames et jeunes filles.

Le 13 août 1914, l’ambulance reçut ses premiers blessés : deux soldats belges, et le 16 août un autre groupe de blessés belges fut amené.

Le 20 août, l’arrivée des troupes allemandes étant signalée, tous les blessés qui se trouvaient à l’ambulance furent évacués par les soins de celle-ci, à l’exception d’un carabinier belge qui n’était pas transportable. Tous les blessés purent éviter ainsi d'être faits prisonniers. A ce moment, une grave résolution dut être prise : l'ambulance devait-elle rester ouverte pendant l'occupation par l'ennemi? Il fut décidé que, conformément aux traditions de la Croix-Rouge, il ne pouvait être fait de distinction entre les nationalités des blessés à soigner et que le devoir imposé à l'Association des Dames Françaises était d'apporter ses soins au soulagement des blessés, quels qu’ils fussent. Au début de l’occupation, certaines ambulances furent utilisées par les Allemands, et celle de l'Association des Dames Françaises fut du nombre, mais, à l’exception d’un de leurs chirurgiens qui vint au début y opérer, le service continua d’y être assuré par le personnel habituel. A cette époque, le Crédit Liégeois ayant gracieusement offert de servir d’annexe à l’ambulance au cas où elle serait débordée, on y envoya une partie des nombreux blessés reçus le 27 août [1914].

Jusqu'au 27 septembre [1914], l'autorité occupante envoya des blessés à l'ambulance, mais, deux jours après, le gouvernement allemand signifia la défense de recevoir de nouveaux hospitalisés ; puis, peu après, ordonna la fermeture.

Il restait alors deux blessés belges et un certain nombre de blessés allemands. L’autorité occupante les laissa ; mais, malgré les protestations du chef de l'ambu­lance et des soldats allemands, elle fit enlever le drapeau de la Croix-Rouge. Le 15 octobre, les derniers blessés allemands furent enlevés et il ne resta plus que les deux soldats belges qui, peu après, parvinrent à s’enfuir au moment où l’on transformait les locaux en bureaux. Quand l’ambulance fut fermée, le matériel fut placé dans les caves de la Société française de Banque et de Dépôts et le linge fut reporté à l’Ouvroir de l’Association des Dames Françaises. »

Le matériel sanitaire ainsi sauvegardé fut employé, de 1916 à 1918, au profit des blessés militaires, tuberculeux et réfugiés (Œuvre des Orphelins français) soignés dans les hôpitaux de Bruxelles et de Charleroi.

Source : Musée du service de santé des armées, Val-de-Grâce à Paris, cart. n° 252, dos. 1 - Bulletin de l’Association des Dames Françaises, n° 4-9, avril-sept. 1919, p. 46-47.

AMBULANCE DE L’ ASSOCIATION DES DAMES FRANCAISES (ADF) DE BRUXELLES (13 AOUT-15 OCTOBRE 1914)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article