Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com

LES AMBULANCES « OUBLIEES » DE BELGIQUE (Août-Septembre 1914) – En marge des combats de Virton, Rossignol, Bellefontaine, etc. – 2e partie

12 Octobre 2014 , Rédigé par François OLIER Publié dans #les hopitaux

LES AMBULANCES « OUBLIEES » DE BELGIQUE (Août-Septembre 1914) – En marge des combats de Virton, Rossignol, Bellefontaine, etc. – 2e partie

2e Partie – Les ambulances de Lahage puis de Bellefontaine (Belgique). 22-30 août 1914.

Suite de la 1ère partie: Les ambulances de Lahage.

« Du 2 août 1914 au 22 août 1914, j'ai été attaché au 9e bataillon de chasseurs à pied. Le 22 août 1914 vers minuit, j'étais à Lahage (Belgique), avec mon bataillon ; lorsque je reçus de M. le médecin principal Janot [médecin divisionnaire de la 4e division d’infanterie], assisté de mon médecin major (médecin major de 2e classe Thurel du 9e Chasseurs) l'ordre verbal, de rester avec quelques médecins auxiliaires et des infirmiers dans le village qu'on allait évacuer, d'y attendre avec les blessés l'arrivée des allemands, de me placer sous la protection de la Croix-Rouge, et de remettre mes blessés aux ambulances allemandes. Le même ordre fut donné quelques instants après, au moment où nos troupes partaient au docteur Barral, médecin-major de 2e classe du 120e d'Infanterie, et je fus placé sous ses ordres.

Le personnel médical ainsi laissé se composait du docteur Barral, [dr] Dournay, des médecins auxiliaires : Julien du 42e d'Artillerie, Piettre du 120e, Natan du 9e Chasseurs et d'un élève de l'école de Lyon, dont le nom m'échappe. Etaient adjoints un certain nombre de brancardiers et infirmiers du 120e.

Le matériel laissé à notre disposition se composait de deux paniers pris dans des voitures régimentaires, et quelques brancards.

La nuit se passe sans incident. Monsieur Barral avait de suite réparti le service, et chacun donna les soins aux malades qui lui étaient confiés.

Le matin, au petit jour, les allemands ne venant pas, [page 2] je fus chargé de former un convoi d'évacuation de blessés pouvant marcher. Environ 150 parmi lesquels 3 officiers partirent accompagnés du médecin auxiliaire Natan, et d'un caporal infirmier.

J'eus ensuite la douloureuse mission de faire enterrer les officiers tués dont les noms suivent : capitaine Maréchal Eugène, né à Cherbourg le 26 juin 1876 ; lieutenant Levé, du 9e Chasseurs à pied ; sous-lieutenant Rolland, du 9e Chasseurs à pied, et de plus, l'adjudant Carrion du 9e Chasseurs à pied ; le soldat Perinet Etienne (Mézières, 1901-632).

Les trois officiers furent enterrés près du cimetière chacun dans une tombe séparée, l'adjudant et les hommes furent mis dans une fosse commune creusée à côté de celle des officiers. Le curé de Lahage pourra au besoin donner des renseignements précis aux familles.

Arrivée des allemands - Au moment où j'accomplissais cette douloureuse mission (il était environ 9h 1/2 du matin), j'entendis sur la route des pas de chevaux. Comme il avait été convenu avec le docteur Barral, que le premier de nous deux qui entendrait venir les allemands irait au-devant d'eux les prévenir que le village était occupé uniquement par des ambulances, je me dirigeai du côté des allemands.

Je fus accueilli par des coups de fusil tirés par des hommes à pied, cachés à 200 m. environ de moi, et protégeant leurs cavaliers. J'étais placé en pleine lumière, néanmoins il est possible qu'ils n'aient pas vu mon brassard. En tous cas je pus atteindre et agiter un pavillon de la Croix de Genève qui se trouvait non loin de là. Le tir cessa, et je pus aller leur causer. Leur attitude fut très correcte.

Ces soldats représentaient l'avant-garde d'un escadron de chasseurs à cheval qui traversa le village sans s'y arrêter, et revint quelques heures après en nous laissant quelques blessés (Dans la nuit avaient déjà été emmenés [page 3] quelques blessés allemands à l'ambulance.)

Le lendemain, nous avons appris par une patrouille de cavaliers allemands, qu'un certain nombre de blessés se trouvaient à Bellefontaine (que nous croyions occupé par les allemands), sans personne pour les soigner. Je reçus du docteur Barral l'ordre d'y aller, et à partir de ce moment Je rentrai à Bellefontaine où je fus chef de service. Ambulance de Bellefontaine - Les blessés au nombre de 176 se trouvaient répartis dans des granges, des écoles, un patronage (voir la liste)

Les allemands étaient venus le soir du 22 Août, après le départ des troupes françaises, et une ambulance s'était installée. Nos blessés et les blessés allemands avaient été pansés, sans qu’on sache pourquoi, les allemands étaient brusquement repartis, emmenant avec eux tout leur personnel médical.

Dans l'intervalle du temps qui s'écoula entre le départ des allemands, et leur arrivée, les blessés reçurent les soins du docteur Lepyre, médecin civil de Bellefontaine assisté de femmes, de jeunes filles du pays, et de l'instituteur. Il nous aida par la suite dans toute la mesure de son pouvoir. Il faut louer d'ailleurs l'attitude de la population, (en particulier l'Instituteur, les religieuses) qui n'a cessé prodiguer à nos blessés les soins les plus assidus et les plus touchants.

J'annexe à ce rapport les noms des blessés, parmi lesquels sont 39 allemands. Le personnel médical était représenté par le docteur Dournay ; le médecin auxiliaire Piettre, et deux infirmiers, les nommés Delacroix et Beauchamp, tous deux soldats du 120e, qui m'ont assisté avec un zèle et une activité dignes d'éloge. La tâche fut pourtant rude, en raison de notre manque de matériel, car tous les pansements que nous avons trouvé ; avaient besoin [page 4] d'être refaits. Ils le furent très soigneusement et avec intelligence par mes infirmiers, et cela sauva certainement la vie de nombreux blessés, car les conditions où nous les avons trouvés étaient très favorables au développement du tétanos, dont nous n'avons eu que deux cas, (chez de très grands traumatisés).

La nourriture des blessés fut assurée au début par la population qui s'en occupe charitablement, et sans rien demander. Mais comme les vivres devenaient rares, je pris sur moi de signer des bons de réquisition, que je donnai au bourgmestre. Je ne sais s'ils furent très réglementaires, mais je n'avais pas d'autres moyens d'alimenter ces 176 blessés. C'est ainsi que je réquisitionnai :

Le 26 Août, 20 kg de viande de mouton, 50 Kg de pommes de terre ;

Le 28 Août, 20 Kg de viande de porc, 50 kg de pommes de terre.

Le 29 Août, 5 Kg de porc et 20 kg de pommes de terre auxquels il faut ajouter 25 Kg d'avoine, pour le cheval du médecin auxiliaire Piettre.

Ces qualités de matières alimentaires furent complétées par des boites de viande de conserve ou de biscuits trouvés dans les sacs sur le champ de bataille. J'ajoute que j'ai cru bien faire en remboursant de ma poche au médecin du pays, les médicaments qu'il avait personnellement employés ou m'avait fournis pour soigner nos blessés, J'en tiens un reçu à la disposition du Service de Santé (52, 35).

Notre départ pour Marbehan. Le docteur Barral a dû, dans son rapport indiquer tous ses efforts infructueux pour organiser des convois vers la France ; aussi n'en parlerai-je pas ici.

A Bellefontaine, nous eûmes le 25 Août la visite du médecin en chef de l'hôpital allemand d'Etalle, et du [page 5] docteur Hillebreak, oberartz, de l'ambulance de Tintigny. Ces messieurs furent corrects, visitèrent notre ambulance, et nous prièrent de rester là pour soigner les blessés français et allemands. Leurs ambulances d'Etalle et Tintigny étaient pleines. Ils ne pouvaient nous porter secours, et s'offrirent seulement à nous procurer du matériel ou des instruments en cas de besoin (...) Le 27 août le docteur professeur Hannes (de Breslau) stabartz, vint avec un convoi d'automobiles et de voitures, prendre les blessés allemands, et les plus graves parmi les Français. Il nous expliqua que nous nous trouvions à l'arrière de l'armée allemande, qu'il était impossible de nous rendre par les avant-postes, et que nous serions renvoyés par la Suisse.

Le lendemain et jours suivants des voitures automobiles vinrent chercher successivement nos blessés, en commençant par les plus graves. Ces voitures bien installées étaient servies par des infirmiers allemands qui se montrèrent pour nos blessés, aussi soigneux et aussi prévenants que pour les leurs.

C'est dans ces conditions, que je reçus le 30 août au matin, d'un médecin allemand (de grade élevé), l'ordre de transporter nos derniers malades (une vingtaine) dans des voitures de réquisition, à Rossignol. Je fus rejoint par le docteur Barral, accompagné de ses médecins auxiliaires, de ses infirmiers, brancardiers, et de ses derniers blessés, venant de Lahage, où il avait reçu le même ordre.

Nous fîmes sans escorte le trajet de Bellefontaine à Marbehan, où nous rencontrâmes peu de monde, quelque landwehr et landstrum. Il ne semblait pas y avoir beaucoup de troupes dans cette région à ce moment-là (30 août) ».

A suivre : 3e partie - MARBEHAN (BELGIQUE) : Ambulance chirurgicale française improvisée sur la ligne allemande des étapes (août-septembre 1914)

Source :

Musée du service de santé des armées, Val-de-Grâce, à Paris, carton n° 635, dos. (NC) Dournay, n° 59. Extraits du rapport du docteur Dournay Jean, aide-major de 2e classe, du 9e Chasseurs à pied, rapatrié d'Allemagne.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article