Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com

HEROS DE LA MISSION MEDICALE FRANCAISE EN ROUMANIE (1916-1918)

12 Septembre 2014 , Rédigé par François OLIER Publié dans #Centenaire, #varia

Equipe du docteur Le Lorier à l'hôpital militaire roumain de Cotofenesti, Roumanie (ca. 1917) - Musée du service de santé des armées (détail)

Infirmières et médecins militaires français morts du typhus en Roumanie (1916-1917).

Le 3 septembre 2014 j’ai proposé sur mon blog une brève sur « 100 villes – 100 drapeaux – 100 héros ». Dans le cadre des commémorations nationales du 6 septembre 2014, le service de santé des armées a rendu les Honneurs, dans la cour pavée du Val-de-Grâce à Paris, au médecin major de 1ère classe (commandant, TT) Jean Clunet, décédé du typhus le 3 avril 1917 à l’hôpital de contagieux de Grieurul, près de Jassy (Roumanie).

     « (…) A moitié enseveli dans les neiges, dans son lointain hôpital, presque isolé du reste du monde, entouré de quelques héroïques Françaises et de ces saintes que sont les Sœurs de Saint-Vincent-de Paul, Clunet lutta héroïquement, plus heureux quand la lutte était dure. Il parlait du printemps qui viendrait, comme on parlerait d'une terre promise que l'on espérerait bientôt atteindre et où tout serait aisé, facile. Le mauvais rêve s'évanouirait avec les premiers lilas en fleur. Clunet ne vit pas fleurir les lilas. » - Marie (1875-1938), Reine de Roumanie, dans Le Figaro, du 4 septembre 1917

C’est aujourd’hui l’occasion de nous souvenir des autres compagnons de cette mission médicale française en Roumanie (1916-1918) qui ont été victimes de leur devoir, terrassés par le typhus en soignant combattants et civils roumains.

A LA MEMOIRE de :

Flips Alphonsine (1886-1917), infirmière-major de la société de secours aux blessés militaires, décédée du typhus le 20 avril 1917, à l’hôpital Notre-Dame de Sion de Jassy (Roumanie) ;

Hennet de Goutel Geneviève (1885-1917), infirmière-major de la société de secours aux blessés militaires, décédée du typhus le 4 mars 1917, à Jassy (Roumanie) ;

Sur elle et ses compagnes de la SSBM, on lira l’article très émouvant de Marthe Amalbert, Geneviève Hennet de Goutel, infirmière française, dans la Revue Hebdomadaire, du 20 juillet 1918, pp. 337-365.

Roux Antoinette (1849-1917), religieuse des Filles de la Charité, sœur Antoinette, infirmière volontaire, décédée du typhus le 23 avril 1917 à l’hôpital de contagieux de Grieurul, près de Jassy (Roumanie) ;

Adain Joseph (1883-1917), médecin aide-major de 1ère classe (lieutenant) affecté aux ambulances « Regina Maria », médecin-chef du groupe [complémentaire de chirurgie] n°7, organisateur de l’ambulance roumaine d’Onesti, décédé du typhus le 8 mai 1917 à Bacau (Roumanie) ;

Dufrèche Eugène (1871-1917), médecin aide-major de 1ère classe, décédé du typhus le 9 mai 1917 à Botogani (Roumanie) ;

Germain Paul (1877-1917), médecin aide-major de 1ère classe, donné par Marie de Roumanie comme étant « presque continuellement sous le feu de l’ennemi », décédé du typhus le 26 décembre 1916 à Galatz (Roumanie) ;

Santoni Ange (1889-1917), médecin aide-major de 2e classe (sous-lieutenant) affecté au service de triage de la gare de Jassy, décédé du typhus le 21 avril 1917 à Jassy (Roumanie).

Notes sur la mission médicale française en Roumanie (1916-1918) :

La mission médicale française en Roumanie, relevant de la mission militaire (général Berthelot) était un ensemble hétérogène de groupements médicaux, d’équipes et de moyens sanitaires divers, avec des origines et des recrutements tout aussi divers et variés, servant à titre français ou à titre roumain – ce qui explique des mentions différentes de grades dans les archives - coiffé par un directeur, le médecin principal de 2e classe (lieutenant-colonel) Henry Coullaud (1872-1954). Cette nébuleuse sanitaire reste très mal connue ; je vous propose ces quelques notes pour tenter d’y remédier.

  • Groupement médical du docteur Dehelly (mission Carrel), en Roumanie du 10 novembre 1916 au 13 août 1917 ;
  • Groupe médico-chirurgical de la colonie française de Bucarest (hôpital français de Bucarest puis de Jassy, avec le soutien de la société de secours aux blessés militaires (SSBM)) ;
  • Groupement médical du docteur Lancien (mission de l’Ambrine), en Roumanie de décembre 1916 au 17 mars 1917 ;
  • Neuf équipes françaises faisant fonctionner les groupes complémentaires de chirurgie [automobiles] construits par les Ateliers généraux du service de santé de Vanves et la société de secours aux blessés militaires (M. de Beaumont). Ces groupes comprenaient chacun : deux camions Renault, une salle d'opérations et de radiographie, une stérilisation chirurgicale et un arsenal chirurgical complets. Le personnel détaché : neuf chirurgiens, six assistants de chirurgie, neuf convoyeurs radiographes et sept spécialistes SSBM.
  • Mission spéciale d’étude envoyée par les Ateliers généraux du service de santé de Vanves (médecin-major de Gauléjac et officier d’administration de 2e classe Dumay) pour la livraison et la mise en fonctionnement des formations de stérilisation et de désinfection, type Mège, achetées par la Roumanie.
  • Des détachements de médecins militaires mis à la disposition du gouvernement roumain par le sous-secrétariat au service de santé français ; d’infirmières de l’Union des Femmes de France ; des infirmières contractuelles soldées par le gouvernement roumain ; des soldats automobilistes, manipulateurs-radiographes, etc.

Installée à Jassy, le 25 novembre 1917, après l’évacuation de la capitale roumaine, la mission médicale française et ses formations sanitaires satellites se reconstituèrent en Moldavie puis sur le front des Carpates ou nombre de médecins militaires furent attachés aux troupes roumaines. En janvier 1917, 36 médecins militaires français étaient affectés aux hôpitaux temporaires de Jassy où durant deux mois d’hiver (décembre-janvier) il y eut près de 200 décès par jour. L’épidémie de typhus fit près de 200 000 victimes dans la population roumaine réfugiée et le corps médical roumain perdit quant à lui plus de 180 praticiens sur 1700 médecins. La mission médicale Française quitta la Roumanie le 8 mars 1918, via la Russie, accompagnant la mission militaire et ses 1200 personnels, expulsés en exécution des stipulations du traité de Paix entre les Roumains et les Empires centraux. Seuls, six médecins furent laissés à la disposition du gouvernement roumain, dont le médecin aide-major Cuinet, intransportable, atteint par le typhus.

La mission médicale française en Roumanie (1916-1918) : 108 médecins, 3 pharmaciens, 3 officiers d’administration, 21 infirmières, 36 sous-officiers et personnel troupe, des infirmiers civils relevant des sociétés d’assistance, etc.
Quelques dates marquantes intéressant la Roumanie dans la Guerre de 1914-1918 : 27 août 1916 : déclaration de guerre de la Roumanie à l’Autriche-Hongrie et à l’Allemagne – 1er septembre 1916 : déclaration de guerre de la Bulgarie à la Roumanie et offensive germano-bulgare en Valachie – Septembre-octobre 1916 : les forces roumaines sont repoussées et se regroupent dans les Carpates  - Novembre 1916 : Offensive austro-allemande fait céder la résistance roumaine dans les Carpates en dépit du renforcement de troupes russes alliées – 6 décembre 1916 : le général Von Mackensen entre dans Bucarest à la tête des troupes austro-allemandes. Le gouvernement roumain et la famille royale de Roumanie se réfugient à Jassy en Moldavie. Réorganisation de l’armée roumaine. Acheminement des missions militaires alliées – Août 1917 : victoires roumaines à Marasesti (6-19 août 1917) et Ortuz (8-22 août 1917). Stabilisation du front. A la suite de la Révolution bolchevique, les Russes se retirent de la ligne de front. La Roumanie est totalement coupée de ses alliés. Le risque d’une contagion révolutionnaire s’impose et conduit le roi Ferdinand Ier de Roumanie à demander l’Armistice qui est signé le 9 décembre 1917. 7 mai 1918 : le traité de paix est signé entre la Roumanie et la Triplice. Les missions militaires alliées quittent le pays – 11 novembre 1918 : Seconde entrée des Roumains dans la Grande Guerre ; lesquels rejoignent sur le Danube les Français qui progressent en combattant depuis la Macédoine – 1er décembre 1918 : entrée triomphale à Bucarest du couple royal roumain (Ferdinand et Marie) accompagné du général Berthelot.

Sources : Coullaud Henry, La mission médicale française en Roumanie (1916-1918), dans la revue du service de santé militaire, t. CIX, 1938, n°2, pp. 159-177.

Igna N., La mission médicale française en Roumanie (1916-1918), Sibiu [Roumanie], imp. Honterus, 1945, 26 p.

site Mémoire des Hommes

LES HOPITAUX MILITAIRES DES ARMEES DE HONGRIE ET DU DANUBE (1918-1920) sont détaillés dans le tome 5 des Hôpitaux militaires dans la Guerre 1914-1918, aux éditions Ysec à Louviers (Sortie 2016).

Mis à jour : 17 mars 2017

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article