Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com

MEDECINS MILITAIRES FRANÇAIS EN CAMP DE PRISONNIERS DE GUERRE (1914)

3 Janvier 2014 , Rédigé par François OLIER Publié dans #les hopitaux

MEDECINS MILITAIRES FRANÇAIS EN CAMP DE PRISONNIERS DE GUERRE (1914)

De Sarrebourg au camp de prisonniers de guerre de Grafenwöhr 1914

News : Si ce blog vous intéresse. Si vous souhaitez être informés des parutions à venir... pensez à vous abonner ! Si vous souhaitez le voir évoluer, contactez-moi (Utilisez le lien "contact" en haut de la page d'accueil.) : Thèmes demandés par les abonnés/contacts qui seront présents en 2014 dans des catégories dédiées : Belgique 1914-1918 et Suisse 1914-1918.

Ces quelques lignes, suite d’un rapport du médecin major de 1ère classe (commandant) Védrines, médecin-chef du 85e régiment d’infanterie sur la bataille de Sarrebourg (18 au 20 août 1914), présentent l’arrivée des médecins et blessés français détenus au camp de Grafenwöhr (Bavière) dans un environnement sanitaire inexistant où plusieurs dizaines de blessés alliés laissèrent la vie.

« [page 3] Les Allemands sont entrés dans l'hôpital [civil de Sarrebourg] entre 16 et 17 Heures. Ils ont mis la main sur tout le personnel et le matériel médical. M. le Médecin major de 1ère Clas­se Mangenot, chef de Service au 95e [régiment d’infanterie], a été pris, avec tout son personnel, dans les Halles de la ville, où il avait installé un autre poste de secours. Les 21 et 22, nous avons continué à donner nos soins aux blessés présents à l’hôpital et à tous ceux qu’on nous amenait encore du champ de bataille. Le 23, est ar­rivé à Sarrebourg un hôpital de campagne allemand.

Le Médecin-chef de cette formation nous a remer­ciés et a déclaré que nous allions être dirigés sur la Suisse. Le soir du 23, on nous, mettait dans un train dans la direction de [Zweibrücken], où nous devions descendre. Là, un certain nombre d’entre nous M. Mangenot, du 95e et M. Lesbre, du 29e, et Proust, du 85e Guillemier et Gustin du 85e, Faverot, médecin-auxi­liaire, du 29e et une cinquantaine de brancardiers, ont pu descendre. Quant aux autres, nous étions enfermés dans le wagon et, malgré nos protestations, nous n’avons pu [page 4] descendre. On nous a emmenés ainsi jusqu’à Grafenwöhr, malgré les réclamations que nous faisions à toutes les gares. Nous avons constaté, en cours de route, que dans le même train, se trouvaient d’autres médecins venus de di­rections différentes. Quoiqu'il en soit, voici les noms des médecins retenus à Grafenwöhr :

Védrines médecin-major de 1ère Classe, 85e RI - Ribes, médecin aide-major de réserve, 85e RI - Morlot, médecin auxiliaire, 85e RI - Lantier, médecin auxiliaire, 85e RI - Segrette, médecin auxiliaire, 85e RI - Séchan, médecin Aide major, 95e RI - Eschbach, médecin aide-major de réserve, 95e RI - Lévy, médecin aide-major de réserve, 95e RI - Apard, médecin auxiliaire, 95e RI - Moineau, médecin auxiliaire, 95e RI - Gavot, médecin auxiliaire, 29e RI - Gaillard, médecin auxiliaire, 29e RI - Lacaze, médecin aide major, 37e RA – L’hommelle, médecin aide-major de réserve, 161e RI - Dumolt, médecin aide-major de réserve, 323e RI - Fournier, médecin auxiliaire, 323e RI - Brisson, médecin auxiliaire, 150 RI - Peltier, médecin auxiliaire, 165 RI - Ballan, médecin auxiliaire, 206e RI - Bovier, médecin auxiliaire, 4e Génie

D’autre part encore sont retenus à Grafenwöhr [page 5] MM, Progent officier d’administration des ambulances du 6e corps - Vaillant, officier d’administra­tion du Groupe de brancardiers de la 40ème division.

Il est à signaler aussi que trente-cinq médecins mili­taires sont également retenus à Ingolstadt, parmi lesquels je puis citer : MM. Proust, du 85e, Lesbre du 29e, Guillemier, du 85e, Faverot, du 29e.

On peut affirmer tout d’abord que les trente-cinq médecins retenus à Ingolstadt sont loin d'y être indispensa­bles, il n'y a à Ingolstadt que sept mille prisonniers dont la plupart non blessés. « J'ai reçu, étant à Grafenwöhr, une lettre de M. Proust qui me dit : "Nous sommes 35 médecins militaires prisonniers à Ingolstadt ». Il ne fait nullement mention des occupations médicales qu’ils pourraient avoir.

Quant aux médecins de Grafenwöhr, voici leur histoire : Nous nous sommes trouvés en arrivant en présence de huit mille prisonniers dont environ six mille blessés, par­mi lesquels quinze cents blessés très graves. Les blessés graves étaient traités dans quatre grands pavillons, les blessés légers dans des écuries et des baraques en bois.

Nous avons dû organiser tout le service avec des moyens de fortune et une instrumentation chirurgicale des plus primitives. Néanmoins, nous avons pratiqué toutes les in­terventions chirurgicales nécessaires en nous montrant extrêmement conservateurs. Nous n'avons pratiqué d'amputa­tions que lorsque nous avons eu la main forcée. Pendant que jour et nuit, avec des moyens rudimentaires, nous soignions nos blessés, arrivaient à Grafenwöhr des médecins mili­taires [page 6] allemands, des instruments, des étuves, et, au bout de quinze jours, nous avons été informés par des af­fiches placardées aux portes des pavillons que désormais – 1) l’accès de ces pavillons était interdit aux médecins militaires français qui n'auraient plus à s’occuper désormais que des blessés logés dans les écuries ou les baraques. Les blessés graves des pavillons seraient traités par les médecins allemands. J’ai écrit aussitôt au général commandant le Camp pour lui demander notre renvoi immédiat en France notre concours ne pouvant plus être considéré comme indispensable. 2) a été répondu que nous étions toujours indispensables, car il devait arriver encore de nouveaux blessés et que d’ailleurs on nous gardait en prévision d’épidémies pos­sibles.

Du 25 août à la fin septembre, il est arrivé au camp encore quatre mille militaires, la plupart non blessés plus deux mille civils. A la fin septembre la plupart des blessés traités dans les écuries étaient guéris et notre rôle consistait à faire la visite journalière, à exempter de corvée les hommes et à envoyer les malades se faire soi­gner à l’hôpital par les médecins allemands. Trois ou quatre médecins auraient suffi large­ment à assurer ce service. A plusieurs reprises, j'ai adressé des réclamations au Général Commandant le camp, m'ap­puyant sur les textes de la Convention de Genève, il m'a toujours été répondu par une fin de non-recevoir.

A peine les médecins allemands avaient-ils pris la direction des pavillons de blessés qu'ils se mettaient à amputer avec rage, tout membre fracturé qui suppurait était aussitôt sacrifié. Ces interventions, d’ailleurs, étaient pratiquées dans des conditions déplorables, comme [page 7] par des praticiens ignorant les règles les plus élémentaires de la médecine opératoire. Nous avons trouvé dans les écuries des blessés assez gravement atteints pour être hospitalisés, mais dans la crainte de les voir amputer nous préférions les soigner dans les écuries avec les moyens dont nous disposions.

Pour moi, dès la mi-octobre, je me suis senti profondément atteint par un mal qui depuis n’a fait qu’empirer. Le général Commandant le camp, après m’avoir fait examiner par un médecin allemand, a consenti à me laisser retourner dans mon pays. J’ai quitté Grafenwöhr le 8 décembre [1914] et suis arrivé à Cosne le 14 décembre. Monsieur le Colonel commandant la Place a décidé que je prendrais les fonctions de médecin chef de la Place, dès que mon état de santé me le permettrait, mais, pour le moment, je me sens absolument incapable d’assurer un ser­vice quel qu’il soit. D’ailleurs, si je parviens à me rétablir, je demande­rai à être renvoyé sur le front – Signé : Védrines »

Une description du camp de Grafenwöhr, en décembre 1914, parue dans le journal La Croix, du 26 décembre 1914 - « Au camp de Grafenwöhr (…) Voici quelques détails sur les prisonniers de guerre en Allemagne. Si vous avez une carte de Bavière, cherchez Grafenwöhr, entre Nuremberg et la frontière d’Autriche ; c’est que nous sommes gardés, dans un camp d’artillerie.

La plupart des bâtiments, casernes, pavillons d’officiers, magasin, etc., rappellent un peu les chalets suisses où le bois encadre la brique et le ciment armé. Les prisonniers sont logés, partie dans les écuries, partie dans des baraquements en planches, tous couverts de carton goudronné. Nous tâchons d’y vivre le plus proprement possible ; on a eu la bienveillance de mettre à notre disposition une machine à désinfecter les habits, de façon que lorsque les poux ou n’importe quels microbes sont signalés dans une « baracke » on peut leur faire bonne chasse.

Nous avons eu de la chance d’être envoyés en Bavière, où les gens sont bons catholiques.

Un Bavarois, en dehors du combat, est le meilleur des hommes, mais il n’en est pas de même de ceux qui ont sur leurs écussons l’aigle à deux têtes.

Tous les jours, sauf le dimanche, on nous emploie à des travaux qui ne sont pas très pénibles, du moins quand la neige ou le vent glacial de la forêt ne s’en mêlent pas. Nous partons le matin en colonne par quatre, chacun portant un pic ou une pelle. De vieux territoriaux bavarois nous encadrent, baïonnette au canon, mais se déclarant plus embêtés que nous de cette guerre et nous expliquant à force de gestes qu’ils ont chacun trois ou cinq enfants à la maison. Quand paraît un officier, on fait passer le mot d’alarme : « vingt-deux », que tous répètent à leurs voisins, et tant qu’on aperçoit sa raide silhouette, on fait semblant de s’acharner au travail.

Les blessés, les malades, ainsi que ceux à qui l’insuffisance de vêtements ne permet pas d’affronter le froid de la forêt, restent aux baraquements. Là sont mêlés l’artilleur au bras amputé, le colonial, le dragon. Là un chasseur alpin panse ses blessures tout en écoutant un pioupiou lui conter ses aventures. Ici, un caporal a remplacé son képi par une casquette bavaroise. Nous avons même un nègre de la Guadeloupe. Tous les uniformes sont mêlés, car à l’hôpital ou au sortir de la mêlée on s’est débrouillé comme on a pu. (…) – extraits. Signé : L.B. »

C’est dans ce camp de Grafenwöhr, pendant son internement que le sculpteur Frédy Stoll (1869-1949), suisse de naissance engagé au 347e Régiment d’infanterie, réalisa la sculpture monumentale du « Géant enchaîné » qui fut déplacée en 1928 du cimetière bavarois à la nécropole nationale des prisonniers de guerre de Sarrebourg inaugurée en 1922. Nouveau clin d’œil de l’Histoire et lien entre Sarrebourg et Grafenwöhr… Sur l’aventure du monument l’on consultera le blog de Michèle Baugillot

Source : Archives du musée du service de santé des armées au Val-de-Grâce, à Paris, carton n° 641 (Védrines).

Description du camp de Grafenwöhr, en septembre 1914 : Un camp bavarois, par Edouard Trapp, paru dans le Neue Zürcher Zeitung, extrait de La Guerre Mondiale [de Genève, Suisse], n°12, 14 septembre 1914, p. 91. Autre description du camp de Grafenwöhr, en décembre 1914, parue dans le journal La Croix, du 26 décembre 1914, signée : L.B., extraite de Montvert J, Captivité ! La vie que nous y menons. Paris : Payot, 1915, p. 60-63.

" Là sont mêlés l’artilleur au bras amputé, le colonial, le dragon. Là un chasseur alpin panse ses blessures tout en écoutant un pioupiou lui conter ses aventures. Ici, un caporal a remplacé son képi par une casquette bavaroise. Nous avons même un nègre de la Guadeloupe. Tous les uniformes sont mêlés..."
" Là sont mêlés l’artilleur au bras amputé, le colonial, le dragon. Là un chasseur alpin panse ses blessures tout en écoutant un pioupiou lui conter ses aventures. Ici, un caporal a remplacé son képi par une casquette bavaroise. Nous avons même un nègre de la Guadeloupe. Tous les uniformes sont mêlés..."

" Là sont mêlés l’artilleur au bras amputé, le colonial, le dragon. Là un chasseur alpin panse ses blessures tout en écoutant un pioupiou lui conter ses aventures. Ici, un caporal a remplacé son képi par une casquette bavaroise. Nous avons même un nègre de la Guadeloupe. Tous les uniformes sont mêlés..."

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

bonnin f 15/02/2015 12:06

Bonjour,mon arrière grand père Bonnin Louis Philippe a été fait prisonnier le 20 aout 1914 à Sarrebourg, il faisait parti du 95e RI et fut prisonnier à Grafenwoehr jusqu'au 20 décembre 1918.

Hopitauxmilitaireguerre1418 15/02/2015 15:54

Bonjour. Quelle épreuve ! Plus de quatre ans prisonnier ! Mais il en est revenu. Dans son malheur il a échappé à la misère des camps : à la famine, au typhus, etc. Je regrette qu'à l'occasion du Centenaire l'on n'éclaire pas plus la situation de ces prisonniers dits de guerre... Il reste beaucoup à faire pour les faire connaître.

Miquel 16/03/2014 17:43

Bonjour, un de mes deux grand-oncle, Séraphin Benoit GIAUFFRET était interné à Grafenwohr 1914 à 199 et j'ai vu en lisant sa fiche matricule qu'il y était gravement blessé, il a eu la chance d'en revenir tout comme son frère Louis Dauphin interné à Puchheim de 1914 à 1918, gravement blessé également.