Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
hopitauxmilitairesguerre1418.overblog.com

CENTENAIRE 1914 – Les Carnets de l’aspirant Laby… Grand format et couleur !

10 Novembre 2013 , Rédigé par François OLIER et Gérard Publié dans #Centenaire

CENTENAIRE 1914 – Les Carnets de l’aspirant Laby… Grand format et couleur !

Mon coup de cœur pour ce 11 novembre

Vous connaissez certainement l’ouvrage Les Carnets de l’aspirant Laby, médecin dans les tranchées (28 juillet 1914-14 juillet 1919) qui a été décliné depuis 2001 en de nombreuses éditions y compris de poche (Hachette, coll. Pluriel, 2003). Je ne vous propose pas aujourd’hui une énième analyse, vous trouverez ci-après une fiche bibliographique du CRID présentant, analysant et « commentant » le livre.

En cette fin d’année 2013, je vous invite à casser votre tirelire pour acquérir la nouvelle édition Illustrée parue le 3 octobre 2013 aux éditions Bayard.

Cette édition est une petite merveille d’édition, à lire, à parcourir, à déguster. Les Carnets sont reproduits en grand format et en couleur : magnifiques dessins de Lucien Laby (1892-1982) qui vont « de la caricature au croquis fait à la hâte avant une attaque, de la bande dessinée aux lavis plus sombres » (éditions Bayard). C’est vraiment une belle édition « façonnée » avec goût. [voir le lien vers la vidéo en fin d'article]

Et puisque j’écris ce petit papier un 10 novembre, je cède la place au carabin Lucien Laby - « Dimanche 10 novembre [1918]. Je suis de garde à l’hôpital. A 21h30, j’entends crier dans les couloirs que « l’Armistice est signé ! » Nous courons, Richard et moi, comme des fous, au téléphone. La nouvelle vient d’arriver, officieuse encore, de la direction du SS. [Service de santé] – L’Armistice est signé avec des conditions écrasantes pour les Boches. C’est la « Victoire ! » Enfin !! Nous bondissons, avec Richard, jusqu’à la popote et nous hurlons, de la rue, tant nous sommes essoufflés : « Ohé ! la Popote !! L’Armistice, elle est signée !!! [sic] ». Ils ouvrent leurs fenêtres (la popote est au premier étage) et pour toute réponse nous vident les carafes sur la tête en disant que c’est une mauvaise plaisanterie. Nous sortons en bande et poussons des hurlements dans les rues. Toutes les fenêtres s’ouvrent ! – Bombe toute la nuit. On réveille le père Robillard, médecin de l’endroit. On veut sonner les cloches, mais l’église est bien fermée et le curé fait la sourde oreille. On va à l’épicerie faire une nouba épouvantable. On réveille « Vallerot-Rady » [surnom de Vallery-Radot] à seaux d’eau. On frète une auto avec Ferrier, Meugé, Lorneau, etc. et on va à Morvillars réveiller Gouverneur et Auvigne. Je me couche à 5 heures du matin, complètement noir. Mais avant, nous allons, bras dessus bras dessous, hurler une aubade dans la chambre de Fer-(di)-nand Dubourdieu et sous les fenêtres de Richard ».

Les carnets de l’aspirant Laby, médecin dans les tranchées (28 juillet 1914-14 juillet 1919), Paris, Bayard, 2013, 351 p.
– ISBN : 978-2-227-48685-0 – Préface de Stéphane Audoin-Rouzeau. Texte préparé et annoté par Sophie Delaporte. Bonne lecture !

Un grand merci à mon compère Gérard.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article